Un jour j’ai préparé le thé de Léopoldine et j’ai oublié de lui donner, le retrouvant froid le lendemain matin dans la machine. Si elle ne l’attendait plus et qu’elle me l’a bien sûr pardonné, j’en ai été triste.

J’ai réalisé alors ce qu’il est devenu commun d’appeler la “charge mentale”.

Pour comprendre le concept il faut imaginer un vase que vous remplissez d’eau. Cette eau ce sont les tâches dont vous devez vous souvenirs dans votre journée. Le vase c’est votre mémoire… et votre temps. La charge mentale est tout simplement ce vase prêt à déborder. Vous oubliez quelque chose, même un détail, et parfois vous déprimez de ne pas avoir coché toutes les cases de votre TO DO ou d’avoir loupé quelque chose.

Charge mentale pendant le confinement ?
Pas toujours facile le télétravail en famille pendant le confinement

C’est qu’il ne faut rien oublier. Des tâches familiales aux professionnelles.

S’occuper des enfants, de leur éducation, de leurs devoirs, de tout ce que vous demandera leur établissement scolaire, de leurs activités, de leur santé (et de la vôtre), les cadeaux d’anniversaire et de Noël …

Penser aux courses, aux repas, à remplir les bouteilles Sodastream, à la vaisselle, à la lessive, au ménage, à la litière du chat, à descendre les poubelles…

Ne pas oublier la visite du plombier, de l’électricien, du technicien fibre, du livreur Chronopost ou Amazon … Renvoyer tel achat au SAV ou pour remboursement.

Suivre les comptes, payer les factures, répondre aux sollicitations de l’administration. Prendre ses médicaments, sans oublier (l’observance médicamenteuse ne concerne pas que les personnes âgées ou les patients chroniques). Faire du sport. Manger équilibré.

Relancer les uns et les autres. Car il faut toujours vérifier que chacun de vos interlocuteurs a bien pris en compte vos demandes, quel que soit le domaine. C’est terrible, il faut toujours être la mémoire des autres !

Ne rien louper sur Twitter, car peut-être passerez-vous à côté d’une information importante. Jongler entre votre boîte email et tout les onglets de votre navigateur…

Ajoutez à cela toutes vos tâches professionnelles, surtout si vous êtes à votre compte, et le vase s’avère bien plein !

Imaginez un imprévu et tout peut devenir encore plus compliqué.

Heureusement le numérique aide bien (courses en ligne …) mais cela ne suffit pas. Loin s’en faut.

Fin de journée difficile ?

De la nécessité d’avoir une TO DO …

Du coup votre capacité d’attention est fortement sollicitée. Tellement que certaines choses dans votre mémoire à court terme passent souvent à la trappe. Rien d’important, comme ce fameux thé.

Vous entendrez souvent “Hey tu m’écoutes ?” de vos proches, alors qu’en faite vous pensez déjà à ce qui vient après. Car c’est votre responsabilité. De cela vos proches ont rarement conscience.

C’est pour cela que depuis longtemps j’ai plusieurs TO DO, des outils qui me permettent de ne pas oublier ce que je dois avoir en tête, quel que soit le domaine. C’est très utile. Même si le risque principal est de ne pas la terminer et d’être découragé…

Quand j’ai une idée, je m’empresse de la noter. Sauf que parfois une idée en chasse une autre !

… et de penser aussi à soi !

Il faut savoir débrancher ! Le problème justement c’est que vous avez envie de vous poser…. et de nourrir votre âme.

Passer du temps de qualité avec votre compagne / votre compagnon, vos enfants, votre famille, vos amis… et le chat !

Regarder Netflix, Disney+, OCS ou Canal+ depuis votre canapé, loin de votre smartphone, sans rien faire d’autre (et sans forcément vous endormir de fatigue car il est déjà trop tard).

Lire un bon livre. Vous aussi votre pile prend de l’ampleur ?

Jouer aux jeux vidéo pour vous défouler, prendre le temps de découvrir un nouvel univers…

Écrire. Pour vous même, vos proches, ou sur votre blog.

La procrastination aussi, ne rien faire du tout, c’est essentiel pour prendre du recul ou avoir des idées. Ce n’est pas un hasard si les plus belles idées vous viennent souvent dans la douche !

Voilà pourquoi aussi, j’adore aller dans un parc à thème en famille, plus encore quand il est loin. Un parc c’est dépaysant, c’est divertissant, et permet souvent d’avoir sa dose d’adrénaline.

Tokyo Disneyland. Dépaysement garanti !

Les femmes, les hommes, les familles monoparentales, le Covid-19, le confinement …

Souvent attribué aux femmes, dans chaque article que j’ai pu lire, il ne faut pas oublier aussi les hommes. Bien sûr ce sont le plus souvent les femmes qui gèrent la famille et le travail, dans un schéma toujours patriarcal. Même si la gente masculine s’investit de plus en plus, il y a encore bien du chemin à faire.

Être en famille monoparentale exacerbe encore cette situation, car être seule charge de famille amplifie forcément votre charge mentale, comme vous ne pouvez déléguer à votre conjoint (au contraire il faut parfois gérer votre ex / l’autre parent !). Souvent aussi votre budget est plus serré avec les soucis qui vont avec (vivement le revenu universel pour s’en libérer). Si 80% des familles monoparentales sont tenues par des femmes, il y a 20% d’hommes à considérer. Les politiques, les journalistes, l’oublient souvent, et cela ne donne pas une vision fidèle de la réalité. Difficile donc de penser famille recomposée, même si on fait notre maximum pour y arriver.

Avec la crise des gilets jaunes on a beaucoup parlé des familles monoparentales. Le sujet est revenu avec le Covid-19 et les confinements où la charge s’est encore amplifiée car il fallait gérer les repas du midi en plus, ainsi que l’école à la maison (et ses bugs …).

On en parle trop peu également, mais les aidants doivent aussi y être confronté. Devoir s’occuper d’un aîné, parfois touché par des déficiences comme Alzheimer, c’est très lourd à porter.

Partager son expérience, pour qu’elle soit entendue

Que l’on ne se trompe pas, je ne suis pas en train de me plaindre (et si je le faisais ce serait de bonne guerre 😉 )

J’aime et assume mes choix de vie. Je tire mon énergie de ma famille et de mes enfants que j’adore. Pour rien je n’en changerais. Et j’y arriverai.

Cependant, ayant constaté le peu de témoignages à ce sujet, et le fait que cette réalité est finalement peu connue, j’ai souhaité en parler ici.

Et vous qu’en pensez-vous ?