L’important, ce n’est pas la destination, c’est le voyage.

Cette citation bien connue pourrait bien s’appliquer à la lettre au voyage de Tokyo vers Fuji-Q Highland, par une famille française de surcroît. Si la première partie est aussi chaotique qu’une correspondance entre le RER B et le RER A, la seconde dans le Fujikyu Railway est très charmante, sillonnant dans ce train les paysages japonais environnants.

Si nous avions envie de découvrir ce parc d’attractions, né en 1961, c’est qu’il est au pied du célèbre Mont Fuji offrant, par temps claires, une vue imprenable sur celui-ci, entouré d’un paysage fait d’attractions les plus folles les unes que les autres. Et qu’est-ce qu’un premier voyage au Japon sans un crochet par ce coin de l’archipel nippon ?

Cet épisode du Revo-Rama est “déjà” le dernier reportage sur cette aventure l’été dernier (Bande annonce, Shanghai Disney, Tokyo Disneyland, Tokyo Disney Sea, Universal Studios Japan, Sanrio Puroland / Pokémon Café, de Tokyo à Kyoto), quand l’idée même du confinement que l’on vit actuellement, n’effleurait même pas nos esprits insouciants. Tristesse et immense nostalgie.

Pour les fans de sensations fortes, mais pas seulement !

Pourtant nous avons hésité à y aller tant ce parc porte en lui l’image des sensations fortes qu’il offre : records d’inversions, de hauteur et de vitesses. Sans compter deux parcours horrifiques. Tout autant fan de parcs que je suis, j’aime les sensations modérément fortes (à la Space Mountain), encore plus quand nous sommes en famille.

Mais à y regarder plus près de nombreuses autres attractions familiales viennent compléter le tableau avec les incontournables carrousels, tasses (qui ressemblent beaucoup à celles de Disneyland Paris la nausée en plus), rafting, chaises volantes, et j’en passe. Si la zone de “Thomas et ses amis” est aussi malaisante que le dessin animé orginal, on a plutôt été agréablement étonné par la zone “Lisa et Gaspard” et son Paris. Celle-ci est d’ailleurs à l’extérieur du parc et nous aurions simplement pu ne jamais la trouver. Cela aurait été dommage, surtout que le labyrinthes de miroirs qui s’y trouve est tout simplement le meilleur que nous ayons fait jusqu’ici. Difficile, il se distingue nettement des autres.

Un lieu atypique à découvrir absolument.

Il faut cependant avouer que mis à part cette charmante zone, le reste du parc n’offre aucune immersion particulière et c’est bien dommage. Tout du moins à l’extérieur puisqu’il y a deux autres pépites qui valent le détour.

Tout d’abord le parcours Evangelion, qui vous permettra d’être aux côtés d’un Eva de cette série mythique. Quand nous y sommes allés la série faisait d’ailleurs son grand retour sur Netflix. L’occasion était trop belle. Malheureusement l’attraction Naruto elle (qui semble reprendre le concept de Buzz Lightyear Laser Blast) n’était pas encore ouverte.

Et le meilleur pour la fin avec le flying theater Fuji Airways qui offre de l’humour, et un film original nous proposant un voyage mouvementé jusqu’au Mont Fuji avec un petit effet surprise des plus réussis. Voilà qui change des flying theater concurrents qui, pour la plupart, ne s’éloignent jamais de la recette magique du précurseur Soarin’ (hormis l’Extraordinaire Voyage du Futuroscope malgré son problème d’écran).

Vous l’avez compris Fuji-Q Highland n’est pas un parc parfait, loin de là. Mais il a ce côté original qui en rend la visite incontournable. Surtout qu’il faut absolument tomber sur un temps clair, ce qui n’était pas exactement notre cas (quelques nuages sont venus gâcher la vue).

Si nos coups de coeur sont ce que le parc souhaite offrir à ses visiteurs pour l’avenir, si les efforts porteront sur la thématisation et l’originalité, alors il pourrait bien renforcer encore notre envie de revenir un jour.

Notez que vous n’êtes pas obligé de prendre une entrée hors de prix, vous pouvez opter pour un pass à la journée ou régler vos attractions au cas par cas. À vous de voir ce qui est le plus économique pour vous. Point de vue restauration cela reste acceptable, avec la possibilité de commander via des bornes interactives, toujours une bonne idée.

Et vous que pensez-vous de Fuji-Q Highland ?