Le mot à la mode en 2010 c’était Community Manager. Je suis le premier à en avoir usé et abusé, même si des Community Manager il y en a eu bien avant l’avènement de cette dénomination magique, j’en sais quelque chose. Le mot qui déchaîne les foules en ce moment c’est Curator. La traduction littérale de ce mot anglais est : conservateur / commissaire d’exposition.

Il désigne donc celui qui est chargé, souvent au sein d’un musée ou d’une galerie d’art, de sélectionner les artistes, et les oeuvres pour des expositions qu’il organise. Le mot curator provient du latin curare qui veut dire “prendre soin de” (source Wikipedia). L’idée de ce concept ramené au Web 2.0 est donc celui qui veille sur un sujet, sélectionne les articles qui lui semblent digne d’intérêt, pour en faire une synthèse. Le monde bouillonnant des réseaux sociaux aurait donc besoin d’un nouveau métier pour avancer ?

Sur les articles que j’ai pu lire lors de ma veille sur Twitter, il y a ceux qui – on le sent bien – rament comme un seul homme pour imposer ce terme (en général ils y ont quelques intérêts), et ceux qui sont plus dubitatifs sur cette nécessité. Je fais partie de cette seconde catégorie, pour la bonne et simple raison que le “curateur” existe depuis bien longtemps. Rien que sur les blogs, ou encore plus magnifiquement sur Twitter, il y a en a une multitude. Quand je “retweete” des articles qui m’intéressent, je fais inévitablement une veille, et une sélection, sur les sujets qui me sont chers et que vous connaissez. Au sein des entreprises qui adoptent une démarche participative, les plateformes regorgent des liens autour d’un même sujet. Mais je ne rejette pas le concept, s’il faut absolument trouver un mot, allons-y. 

De nombreux nouveaux services ont saisi l’opportunité de nous aider dans notre démarche de curation. J’en ai testé un, c’est Scoop it. J’y ai créé une page sur … Disneyland Paris, que vous pourrez retrouver ici. Le sujet tombait sous le sens, puisque ma veille sur ce thème est fournie. L’idée est donc de créer une page qui contiendra les articles que vous sélectionnez sur le web. Vous ne rédigez ici aucun contenu comme sur un blog, la valeur ajouté s’arrête donc à l’étape de veille et de sélection.

L’outil vous permet de rechercher au sein de flux prédéfinis mais également de sources que vous ajoutez, les dernières infos pertinentes. D’un clic vous choisissez et l’article s’ajoute à votre page que vous organisez. Vous pouvez aussi utiliser un signet de type “bookmarklet” qui vous permet d’un clic sur votre navigateur d’ajouter une page visitée. Lors de l’ajout le partage sur Facebook et Twitter est possible, ce qui permet de faire d’une pierre deux coups. Les visiteurs peuvent commenter, ce qui est également bienvenue. 

Le service qui est actuellement en phase beta fonctionne plutôt bien (et le support est réactif), et propose aujourd’hui, mis à part l’absence d’application mobile en tant que telle, ce que l’on peut en attendre. D’ailleurs plutôt qu’une application mobile, je verrais plutôt l’intégration de services tels que celui-ci au sein d’applications existantes liées aux réseaux sociaux. Par exemple : j’utilise Hootsuite, Tweetdeck ou Seesmic, en plus de partager sur Twitter, Facebook et Foursquare, j’ajoute une information sur Scoop-it. J’aurais également apprécié une plus grande personnalisation des thèmes graphiques.

Il n’est pas facile de trouver des informations sur leur site sur la société qui est derrière ce service, mais le domaine est plus bavard : Goojet qui propose déjà des services pour mobiles. Une recherche Google donne ensuite beaucoup plus d’informations, vous pourrez par exemple retrouver une interview de son directeur général sur l’excellent Frenchweb.

Ce que je regrette dans cette démarche de “curation” c’est finalement qu’ici il manque la partie “synthèse”, celle qui créera vraiment de la valeur. Car c’est bien beau d’empiler les liens, mais ce qui fait la force des blogs, c’est d’abord le contenu. Certes il y a la veille mais il y a aussi l’âme du blogueur et sa sensibilité. Enfin il y a ses échanges et ce lien qu’il peut créer avec ses lecteurs. Le blog que l’on enterre chaque année a de belles années devant lui. Longue vie !

scoopit.png