Notre expérience Google​ Stadia​ à l’occasion du test de Cyberpunk 2077 (vidéo)


C’est à l’occasion d’une offre couplée Cyberpunk 2077 + Pack Premiere Edition offert que nous avons décidé de tester Google Stadia.

À l’instar de Nvidia GeForce Now, ou d’un Shadow (mais sans accès à Windows), Stadia est une offre de jeu dans les nuages : de Cloud gaming.

La promesse est alléchante. N’achetez plus de console, seules une manette et une connexion internet suffisent pour jouer aux meilleurs jeux.

Et ces jeux peuvent être jouables depuis un PC, un Mac, un smartphone, une tablette, et même le téléviseur via Chromecast Ultra en HDMI.


Cette offre a eu beaucoup de succès, l’occasion rêvée de tester, et sur le papier un bon choix puisque Cyberpunk est un ratage sur PS4 et Xbox One (et la version Stadia prétendument l’une des meilleures, avec celle sur PC).

La question est de savoir si, après cette découverte, Google va réussir à fidéliser au delà de ce jeu, et s’ils vont remettre cette expérience marketing.

De notre côté, malgré une très bonne connexion, l’aventure a été mitigée. D’abord des moments de jeu très pixelisés et saccadés malgré la fibre 2 Gb/s (en Ethernet, via une Bbox Ultym et son port 10G).

Aussi le Chromecast Ultra qui refusait d’utiliser la sortie audio HDMI, alors que l’Apple TV 4K fait ça très bien. Et pas d’application Apple TV

La manette est quant à elle plutôt agréable à utiliser, sans être au niveau d’une Dualsense. Côté catalogue, mis à part Ubisoft et quelques exceptions notables, c’est encore très pauvre …

Sans des exclusivités aussi marquantes que celles que l’on trouve sur PS5 ou Nintendo Switch, il sera difficile pour Google de rivaliser avec les consoles …

Quant à Cyberpunk 2077, que dire qui n’ait déjà été dit … Cela a été pour nous aussi une grande déception. Malgré de bonnes idées, est très loin du chef d’oeuvre annoncé.


A propos de Pascal Kammerer – Freelance Journalist, Videographer and Connected project manager.

English : I created this blog in 2002, followed by the Le RevoRama channel, I am also a 38-year-old father. As a true journalist, and a self-taught videographer I strive to write moderated and sincere articles respecting both the topics and the readers. Founder of the Rêves Connectés limited liability company, I have 20 years’ experience as a Project and Web Project Manager / Community Manager. You can find more information through these links leading to my portfolio and my Curriculum Vitae. As a freelancer, I am available to work on your projects. I love to write and to share. I am passionate about new technologies, the “connected”/customer/user experience, web and mobile projects, community management, e-commerce, storytelling, medias, culture, family entertainment and theme parks, tourism and everyday life. Feel free to contact me, whether it’s about this blog or for any other professional project!

Do you like this blog? You too can experience your connected dreams. Check out our web and social media services for all audiences.Thank you. Pascal.

French : Créateur de ce blog en 2002 et de la chaîne Le RevoRama, je suis aussi un papa de 38 ans. Véritable journaliste et vidéaste autodidacte, j'ai à coeur d'écrire des articles mesurés et sincères, à la fois respectueux des sujets et des lecteurs. Fondateur de la SARL Rêves Connectés, j'ai 20 ans d'expériences comme Chef de Projets et Produits Web / Community Manager, vous trouverez plus d'informations sur ces lien avec mon portfolio et mon Curriculum VitaeFreelance, je suis disponible pour vos projets. J'aime écrire et partager. Je suis passionné par les nouvelles technologies, l'expérience "connectée" / client / utilisateur, les projets web et mobiles, le community management, le e-commerce, le storytelling, les médias, la culture, le divertissement familial et les parcs à thèmes, le tourisme ainsi que la vie citoyenne.

N'hésitez pas à me contacter que ce soit au sujet du blog ou tout autre projet professionnel !

Ce blog vous plaît ? Vous aussi vivez vos rêves connectés. Découvrez nos services web et médias sociaux, pour tous. Merci. Pascal.