Mac mini, MacBook, Chromecast, et Livebox 4. Le community manager doit être bien chaussé !


Depuis 2009 je fonctionnais avec un MacBook Pro. On lui a même donné une nouvelle vie récemment (qu’il va continuer à vivre tranquillement avec les filles). Mais en 7 ans, il a pris de l’âge et ce que je lui demandais  commençait à devenir fastidieux, voir franchement pénible. Et je ne parle pas de notre ancienne connexion en bbox “fibre” (via Numericable) qui elle-aussi devenait insatisfaisante.

macbook-2016-chat

Un macbook ça se mange ? C’est ce que semble penser notre chat : Princesse Kaya

Ne dit-on pas que le cordonnier community manager est souvent le plus mal chaussé ? En informatique aussi.

Traitements photo, son et vidéo, un multitâche effréné entre applications bureautiques et internet (mais pas trop de jeux vidéo gardant cela pour les 3DS, la Wii U et la Playstation 4) faisaient que le pauvre MacBook Pro 2009 tirait la langue. Et ce n’est pas l’achat d’un portable Asus qui a changé la donne. Windows 10 y demeure lent, il est encore trop lourd, et au final le tactile n’y sert à rien. Au final, un portable d’appoint pour les captures vidéos avec Elgato Game Capture. Et encore il arrive à ramer …

Travaillant toute la journée sur l’outil informatique, que ce soit pour le blog / Revo-Rama ou pour la SARL Rêves Connectés, ma productivité (et mon moral) en prenaient un coup. C’est comme l’achat d’un écran, il a été prouvé qu’un écran de grande taille et le double écran augmentaient significativement l’efficacité. Il fallait donc agir et investir … pour les 6 prochaines années ? (on y croit…). Le rythme de renouvellement des gammes chez Apple est en tout cas plus lent que pour les terminaux iOS (et bien moins médiatisé sauf pour le macOS) comme chez les utilisateurs.

Au passage vous remarquerez j’essaye de faire attention : minuscule, majuscules iOS, mais minuscules majuscules macOS, on fait comme pour l’iPhone avec MacBook, et c’est free style pour Mac mini. Vous y comprenez encore quelque chose ?

macbook-2016

MacBook pro 2009 et MacBook 2016

Mac mini, un imac sans écran ?

Au départ j’ai hésité. Je savais que pour mon usage principal, le portable n’emporterait cette fois pas la mise. Si les consommateurs boudent les ordinateurs de bureau, je crois encore qu’il y a des usages pour chacun. Je savais aussi que je m’orienterais vers Apple, Windows 10 ne m’ayant pas convaincu (j’ai pourtant essayé …) et ayant mes habitudes / applications.

Mais fallait-il un Mac Pro ? Un iMac ? Le premier est une bête de course très onéreuse, le second est un bel ordinateur performant avec un écran de grande qualité. Mais pour des questions évidentes de budget j’ai été pragmatique en choisissant le Mac mini et en poussant un peu sa configuration de base (en terme de mémoire vive notamment, le nerf de la guerre). En fait c’est l’équivalent d’un iMac, l’écran (le clavier et la souris) en moins. Sans lecteur optique aussi, mais j’avais choisi l’option graveur Blu-Ray.

mac-mini-2016

L’emballage du Mac mini

mac-mini-2016

Le Mac mini se découvre


Apple ne le pousse presque pas du tout sur son site. Déjà toute la gamme est reléguée sous l’appellation “Mac” alors que iPhone, iPad, Watch et TV ont leur propre menu. Le Mac mini n’y est pas sur les bandeaux principaux, mais uniquement sur la photo de famille. Le concept du Mac mini date déjà de 2005 avec une mise à jour majeure en 2011. Il n’a que peu évolué depuis, si le présent modèle date de fin 2014, les spécifications techniques datent de 2012 ! L’évolution de l’iMac semble tout à fait comparable, les différences venant des écrans (4K pour l’actuel). Cela dit avec un Intel Core i7 Dual Core, 1TB en Fusion Drive, et 16 Go de mémoire vive, je sens tout de suite la différence !

Le jour et la nuit : démarrage ultra rapide, multi-tâches fluide, et encodage vidéo en un temps record (quelques minutes, il me fallait de nombreuses heures sur le MacBook Pro de 2009 qui avait un Intel Core Duo). Bref un bon ordinateur que Steve Jobs qualifiait de “The most affordable Mac ever”.

mac-mini-2016

Mac mini

mac-mini-2016

La connectique du Mac mini

Cependant ce Mac mini n’est pas sans m’avoir offert de grosses difficultés : deux pannes en 2 semaines durant son premier mois. À chaque fois la carte mère complète a été changée par Aldorande sans que l’on sache pourquoi elles ont rendu l’âme. Je soupçonne l’alimentation d’être très fragile, et j’espère que ça ira maintenant.

MacBook, le meilleur de la mobilité ?

Après en avoir terminé avec ce problème de fiabilité du Mac mini, il fallait aussi reconsidérer l’option portable. Mais un vrai portable : quelque chose de très léger et dédié à ce que je fais en mobilité (internet, traitement de texte, et multimédia). Comme pour le Mac mini et l’iMac, Apple nous embrouille un peu entre MacBook Air (celui qui m’a fait longtemps rêver mais qui n’est plus mis à jour), le MacBook, le MacBook Pro et même l’iPad Pro ! J’écarte volontairement cette dernière option, je ne suis pas prêt à écrire toute une note de blog par exemple sur une tablette (avec une mise en forme complexe, des photos / vidéos, etc …).

Mon choix s’est porté sur le MacBook, gamme qui semblait jusque là abandonnée et qui a connu une révolution en 2015 : plus léger que le MacBook Air, plus beau avec plusieurs coloris (ma préférée, or, en harmonie avec le Samsung Galaxy S7 Edge), des performances à jour (plus encore que le Mac mini donc) et surtout un écran Retina de 12 pouces.

macbook-2016

Qu’est-ce que c’est ? Demande le chat. Un Macbook lui répond l’humain.

macbook-2016

Une pomme ? dit le chat.

Léger il l’est, je le tiens d’une main sans aucun problème. Il sort de veille très rapidement, comme un iPad. Le toucher est très agréable sur ce clavier par ailleurs retro-éclairé. Le son est incroyable pour un portable. Et surtout, j’avais peur que 12 pouces soit petit, et en fait avec la résolution Retina il n’en est rien ! Vraiment c’est l’ordinateur portable le plus agréable qu’il m’ait été donné d’utiliser.

Seul bémol, si j’ai l’habitude du multi-touch sur le pavé tactile, le force touch (plusieurs forces d’appui différentes) m’a causé quelques désagrément, je n’arrivais même plus à faire un simple glissé déposé ! Le problème est réglé maintenant mais j’utilise encore assez peu les options que cela offre.

À noter également, sans doute la conséquence de cette finesse, le MacBook n’a qu’une seule prise. Celle-ci fait tout : transfert de données et chargement. Il faudra donc un adaptateur … L’officiel étant assez onéreux vous en trouverez aussi sur Amazon.

En bref, une magnifique machine, digne de ce que l’on attend d’Apple.

Livebox 4, où sont les services promis ?

Au départ elle devait faire l’objet d’un reportage vidéo avec le Revo-Rama. Ce sera peut-être encore le cas, je ne m’y attarde donc pas trop, surtout que nous en avons déjà parlé pour le Show Hello d’Orange.

Ce dernier nous avait donné beaucoup d’espoir avec la (vraie) fibre FTTH (ok), la 4K (c’est ok mais il y a un affreux bug sur Netflix qui coupe la fin de chaque épisode sur cette box !), le double Wifi avec 5 Ghz (ok mais les DNS sont très lents ! j’ai été obligé de mettre ceux de Google pour retrouver une navigation correcte !), partage d’extraits sur les réseaux sociaux (pas présent), reconnaissance vocale façon SIRI (pas présent), reconnaissance faciale des acteurs (pas présent), lampes Hues pilotées par la box (pas présent), Gear VR (pas présent). À noter que souvent la Livebox se rallume en affichant un écran vert obligeant le redémarrage … !

Donc en l’absence de toutes ces fonctionnalités, et avec les bugs, on préfère retarder la publication de notre Revo-Rama, au moment où tout cela sera au point !

Ce qui est sûr c’est que la fibre est très appréciable, et la 4K est un bien dans la lutte contre les pixels ! Bref il y a quand même beaucoup de mieux par rapport à la Bbox Fibre que nous possédions. On attend la suite.

Show Hello Nouvelle Livebox

La Livebox 4

Chromecast Corail, l’accessoire indispensable pour regarder son contenu sur sa télévision

Tout commence avec le Samsung Galaxy S7 Edge. Ce smartphone Android fait débat dans cet écosystème dominé par Apple. Mais j’en suis toujours très content dans l’ensemble, mis à part un bug étrange dans le multitâche (quelque fois il me dit qu’aucune autre application n’est utilisée).

Mais pour le coup je ne peux plus utiliser l’Apple TV pour streamer du contenu comme j’avais l’habitude de le faire. C’est pourquoi l’acquisition d’un Chromecast s’est avérée nécessaire (car malheureusement toutes les plateformes n’ont pas d’application Livebox, PS4 ou Wii U par exemple).

Le nouveau Chromecast est plutôt joli et fonctionnel. On peut l’alimenter en USB ou avec l’adaptateur secteur (ce qui garantit soit qu’il s’allume avec la TV si elle est dotée de cette connectique, soit qu’il reste toujours allumé gage de rapidité). On peut afficher sur la TV le contenu de son smartphone assez facilement. Les points forts les applications Youtube, Netflix et Spotify. On peut aussi (et ça c’est top) envoyer le contenu du navigateur Chrome tant sur Android que sur Mac par exemple !). Vous pouvez donc facilement faire vos présentations.

Par contre niveau configuration entre l’importante mise à jour au départ, et la configuration pas très user friendly, on peut faire mieux.

Pour un investissement abordable, cela en vaut la peine.

En bref, quand on travaille tout le temps sur l’outil informatique, autant essayer d’avoir (si possible) du matériel performant mais surtout qui convienne à nos usages et peut être aussi, notre personnalité. J’espère que cet article vous aura été utile.

Et vous que pensez-vous du Mac mini, du MacBook, du Chromecast et de la Livebox 4 ?

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


Vous aimez cet article ? Tenez-vous informé grâce à notre lettre d'information mensuelle

powered by TinyLetter

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


A propos de Pascal Kammerer – Freelance Journalist, Videographer and Connected project manager.

English : I created this blog in 2002, followed by the Le RevoRama channel, I am also a 38-year-old father. As a true journalist, and a self-taught videographer I strive to write moderated and sincere articles respecting both the topics and the readers. Founder of the Rêves Connectés limited liability company, I have 20 years’ experience as a Project and Web Project Manager / Community Manager. You can find more information through these links leading to my portfolio and my Curriculum Vitae. As a freelancer, I am available to work on your projects. I love to write and to share. I am passionate about new technologies, the “connected”/customer/user experience, web and mobile projects, community management, e-commerce, storytelling, medias, culture, family entertainment and theme parks, tourism and everyday life. Feel free to contact me, whether it’s about this blog or for any other professional project!

Do you like this blog? You too can experience your connected dreams. Check out our web and social media services for all audiences.Thank you. Pascal.

French : Créateur de ce blog en 2002 et de la chaîne Le RevoRama, je suis aussi un papa de 38 ans. Véritable journaliste et vidéaste autodidacte, j'ai à coeur d'écrire des articles mesurés et sincères, à la fois respectueux des sujets et des lecteurs. Fondateur de la SARL Rêves Connectés, j'ai 20 ans d'expériences comme Chef de Projets et Produits Web / Community Manager, vous trouverez plus d'informations sur ces lien avec mon portfolio et mon Curriculum VitaeFreelance, je suis disponible pour vos projets. J'aime écrire et partager. Je suis passionné par les nouvelles technologies, l'expérience "connectée" / client / utilisateur, les projets web et mobiles, le community management, le e-commerce, le storytelling, les médias, la culture, le divertissement familial et les parcs à thèmes, le tourisme ainsi que la vie citoyenne.

N'hésitez pas à me contacter que ce soit au sujet du blog ou tout autre projet professionnel !

Ce blog vous plaît ? Vous aussi vivez vos rêves connectés. Découvrez nos services web et médias sociaux, pour tous. Merci. Pascal.