Ralph 2.0 : Notre critique du premier Disney de l’année (et du grand retour de l’attachant duo numérique)


6 ans après la sortie du premier opus, nous étions vraiment très impatients de pouvoir découvrir la suite des aventures de Ralph et de Vanellope. Après avoir laissé nos héros dans l’univers de leur borne d’arcade, les frontières s’ouvrent dans cet épisode grâce à l’apparition du Wifi. La bande-annonce nous avait fait saliver d’envie et nous avions hâte de découvrir comment la nébuleuse internet allait être mis en image par Disney. L’attente était élevée de notre part, le premier épisode nous avait effectivement beaucoup plu, grâce aux personnages attachants, à l’originalité de l’intrigue et aux multiples références à nos souvenirs de gamers. Alors, quel est notre verdict ? Cette nouvelle aventure tient-elle toutes ses promesses ?

Un univers coloré et drôle

Nos amis sont propulsés dans le monde foisonnant d’internet où ils doivent trouver une pièce de rechange pour la voiture de course de Vanellope afin que sa borne ne soit pas débranchée. Comme on pouvait s’y attendre, c’est l’occasion rêvée pour Disney de glisser un maximum de références aux grands noms du Web. Ainsi on s’amuse à chercher les easter eggs disséminés par l’équipe du film. On croise ainsi un personnage appelé Spamley ou encore Yesss, star de la plateforme Buzztube. On peut néanmoins craindre que certaines références deviennent rapidement datées et que dans quelques dizaines d’années, quelques-une des marques citées ne parleront plus à grand monde.

La représentation, souvent très drôle, du fonctionnement d’internet, d’un moteur de recherche ou d’une attaque de virus, permet quelques moments de bravoure plein d’humour que nous avons particulièrement appréciés. Il y a un côté imagé et didactique qui, ni vu ni connu, introduit des notions comme le Dark web, les sites d’enchères, et même les bloqueurs de publicité ! De quoi le diffuser en cours de technologie 🙂


Une des principales réussites du film réside une fois de plus dans ses personnages attachants auxquels on se plaît à s’identifier. L’alchimie entre Ralph le géant et la petite Vanellope fonctionne toujours, même si on ressent un peu moins d’émotions que dans le premier opus qui avait su nous tirer une petite larme. Ceux qui ont apprécié les personnages de Ralph mais surtout celui de la petite princesse Vanellope (qui crève l’écran) auront le plaisir de les revoir, dans un duo toujours aussi mignon mais frappé par la monotonie du quotidien de la salle d’arcade. Situation à laquelle chacun pourra s’identifier à un moment ou un autre d’une relation humaine.

Un petit manque de folie et d’ambition

Si l’on ne peut que s’émerveiller une fois de plus devant la qualité de l’animation, quelques petits bémols viennent quand même tempérer notre enthousiasme. Les plus jeunes, qui après avoir vu la bande-annonce pensaient assister à une immersion des deux héros dans l’univers de Disney, risquent d’être déçus. Ces scènes ne représentent en effet que quelques minutes sur l’ensemble du long-métrage et c’est dommage d’avoir révélé une bonne partie de cette surprise bien avant sa sortie. De plus, inscrire l’action du film dans le coeur et les méandres du fonctionnement d’internet permettait d’aborder quelques thèmes qui auraient mérités d’être traités et on peut regretter que Disney ne se soit positionné davantage pour tourner en dérision les principaux acteurs de la toile.

La musique est également moins jouissive que dans Les Mondes de Ralph (tant dans les morceaux pop que dans l’absence de titre de J-pop comme Sugar Rush de AKB48) et l’ensemble manque un peu de folie. On aurait aimé que les scénaristes se lâchent complètement dans cet univers qui permettait tant de possibilités scénaristiques. L’ensemble se laisse néanmoins regarder sans déplaisir et petits et grands apprécieront de découvrir le film et tous les petits détails qui s’y cachent.

Au final un film qui plaira aux fans de la première heure comme ceux de Disney. Les enfants devraient aussi facilement y trouver leur compte. On sera ravi d’acquérir le Blu-Ray lors de sa sortie pour s’offrir de nouveaux visionnages, et on l’espère des bonus autour des scènes cultes comme celle, tant commentée, des princesses. À voir absolument même si on aurait aimé un peu plus. Et les filles ne regrettent pas leurs poupées Ralph et Vanellope. Un 3 ? Peut-être pas, mais pourquoi pas une série d’animation sur Disney Channel à l’image de Big Hero 6 et Raiponce La Série ? Une présence accrue dans les parcs à thème ? Dommage également que Disney (hormis les licences comme Kingdom Hearts) ait abandonné toute ambition dans les jeux vidéo.

Une fois de plus, Disney offre un film visuellement magnifique dans lequel cohabitent les grands noms de la culture populaire et des nouveaux acteurs du net. On vous recommande de rester jusqu’à la fin du générique afin de bénéficier de quelques scènes inédites qui raviront les cinéphiles, comme savent désormais le faire les fans des franchises Marvel qui aiment à décortiquer les bandes-annonces et les comparer aux films …


Vous aimez cet article ? Tenez-vous informé grâce à notre lettre d'information mensuelle

powered by TinyLetter

C’était le film d’animation que nous attendions le plus, malheureusement sorti bien trop tard en France et qui pourrait en souffrir (une fois de plus). Il nous reste maintenant à suivre le line-up très fourni de Disney en 2019 avec notamment Toy Story 4 et Frozen 2 qui vient d’ailleurs tout juste d’éveiller notre curiosité grâce à un trailer fort bien réussi !