Doit-on interdire les portables à l’école ? L’urgence numérique pour nos collégiens (et lycéens)


Doit-on vraiment interdire les téléphones à l’école ? Question de société discutée depuis plusieurs mois par l’opinion publique sous l’impulsion du ministère de l’éducation nationale, l’interdiction ou non des smartphones au sein des établissements est le nouveau cheval de bataille des politiques. La réponse aux agressions. La réponse aux incivilités. La réponse au harcèlement. Mais alors que l’éducation nationale souffre de plusieurs dysfonctionnements passés sous silence depuis des dizaines d’années, cette question est-elle vraiment essentielle ? N’est-ce pas une réponse trop simple et bien commode aux problèmes posés ? N’existe-t’il pas d’autres urgences ? Quelles sont les mesures prises afin d’y remédier ? Eléments de réponse.

Le smartphone, un bouc-émissaire bien commode qui cache d’autres réalités

Relayée en masse sur le territoire et débat fortement investi par les médias, la question de savoir si les portables doivent-être interdits à l’école mérite de soulever d’autres problèmes, beaucoup plus importants. Si les enfants ont des iPhone et autres Android c’est souvent pour rester en contact avec leurs parents sortis du collège, ou pour être géolocalisés en cas de problème. Les faits divers sont trop présents dans nos esprits pour se passer des outils modernes. En réalité c’est l’éducation des adolescents (et de certains parents, frappés d’illectronisme) aux outils numériques et au respect en classe qu’il faut investir massivement. Le smartphone n’est qu’un outil. Accuser le thermomètre quand votre enfant a de la fièvre revient au même. S’il a envie de sortir son téléphone au lieu d’écouter son professeur, de le filmer pour l’humilier sur les réseaux sociaux (au passage l’affaire serait passée sous silence sans cela) c’est qu’il y a un problème autrement plus grave d’éducation et de comportement. En plus interdire le smartphone est quasiment impossible sauf à fouiller chaque élève, et cela pourrait entraver leur appropriation du numérique. Enfin, nous avons tous des anecdotes des mêmes problèmes alors que nous n’avions pas de mobiles à l’école, mais peut-être ceux-ci étaient au contraire mis sous le tapis par absence de médiatisation.

De notre côté on constate, en plus de ceux cités plus haut, d’autres problèmes récurrents qui n’ont que peu évolué depuis que nous étions nous même ados. Par exemple les cartables trop lourds qui cassent le dos des jeunes, la fracture numérique entre ceux qui ont un ordinateur et internet chez eux (et des parents pour expliquer) et les autres, l’impossibilité de régler les factures autrement que par chèque ou espèce alors que ces moyens sont en constante régression, des espaces numériques obsolètes, la pénurie d’orthophonistes, et cet enseignement du sport complètement improductif qui dégoute de 18 à 52 % des élèves faute d’être adapté et encourageant … Pourtant, on n’en entend pas vraiment parler, pourquoi ?


eps-avec-plaisir-college

Un professeur a eu la brillante idée d’interroger ses élèves sur leur perception de l’EPS

Problèmes à l’éducation nationale : existe-t’il une réelle volonté d’améliorer les choses ?

Posons-nous une question simple : les choses ont-elles vraiment changées entre le cursus des parents et de leurs enfants, soit en presque 25 ans ? Difficile de répondre par l’affirmatif à cette question n’est-ce pas ? ! Alors à quand une vraie volonté publique de modifier notablement les choses ? Enfin et du côté de l’éducation nationale, pourquoi aucune solution n’est trouvée aux problèmes pourtant bien réels dont elle est la proie, si ce n’est le débat plutôt optionnel du smartphone à l’école ? Si l’on s’attarde par exemple sur la question du numérique aux collèges et lycées de France, nous pouvons répondre à ces dernières par une non-volonté de l’éducation nationale de changer en profondeur ses schémas de fonctionnements, pourtant souvent archaïques (peut-être par une résistance au changement des différents acteurs, ou manque de moyens ou de soutien à ceux qui veulent avancer).

ent-notes

Les notes sur l’ENT.

Il existe certaines avancées. Citons par exemple l’ENT (Environnement numérique de travail) service web pratique pour suivre les notes, l’emploi du temps et les devoirs des adolescents, retrouver les adresses emails des enseignants et lire les dernières annonces de la direction. Pour mieux piloter la scolarité de ses ados c’est indispensable de le regarder chaque jour.  À se demander pourquoi cela n’existe pas en primaire (l’une des écoles fréquentée par mes filles utilisait une application mobile – Classdojo – pour pallier à ce problème). Malheureusement d’une ergonomie douteuse (on voit qu’il n’y a pas eu de réelle mise à jour depuis longtemps) et pas utilisé de la même manière par l’ensemble des professeurs, il s’avère moins efficace qu’il ne devrait. Il devrait par exemple contenir l’ensemble des manuels scolaires au format PDF avec une liseuse intégrée afin de ne plus avoir à les transporter (il s’agirait d’un problème posé par le lobby des éditeurs qui imposent des formats différents et des licences onéreuses. Faites le test de l’achat de plusieurs manuels scolaires numériques et vous comprendrez). Une application mobile iPhone et Android, avec des notifications et l’intégration d’une dose de gamification, serait également bienvenue. Je me pose aussi la question de savoir si chaque collège a le même outil, si la maintenance est nationale, ou si chaque collège ou chaque département a le sien …

ent-travail-a-faire

Le travail à faire sur l’ENT.

Aussi il ne saurait guère honnête de ne pas mentionner la volonté de certains collèges et régions de France d’opérer à leurs échelles quelques changements, dont certains subventionnés par la région. Il existe de bons exemples avec des expérimentations qui ont eu lieu en Alsace par exemple avec une intégration intelligente du numérique. Tableaux numériques interactifs modernes, manuels numérisés et multimédia, tablettes personnelles et subventionnées pour les consulter, travailler, et être interrogés rapidement à chaque cours avec un résultat rapide et automatique, casiers adaptés et sécurisés pour chaque élève et accessibles pendant les interclasses ou classes uniques où ce serait les professeurs qui se déplaceraient permettant de garder les affaires en classes, sont des exemples à retenir dans ce panel d’idées novatrices.

Intégration du numérique à l’école : assiste-t’on à un rejet affirmé du numérique par l’éducation nationale ?

Véritable bouc-émissaire de l’éducation nationale, l’intégration du numérique aux collèges et lycées a l’avantage de mettre en lumière la volonté honteuse du service public de ne pas modifier fortement les choses, tant que cela n’est pas encore une totale obligation. Il est ensuite aisé de se rendre compte que le même schéma est reporté sur toutes les questions et problématiques rattachées à l’éducation nationale. Question avant tout financière, cette passivité met malheureusement à mal l’avenir de nos enfants en ne les préparant pas optimalement au futur. Où en sommes-nous par exemple sur les cours de codes et de programmation ? Elles devraient être enseignées au même titre que les mathématiques ou qu’une langue vivante ! Silence radio de nos instances publiques, encore une fois, ça n’avance pas …

Concernant ce dernier point et désireux d’offrir au plus grand nombre ces connaissances oubliées par l’éducation nationale, nous avons lancés nos reportages sur SPRK + et programmer avec Minecraft. N’hésitez pas à les visiter ou les faire découvrir à vos enfants pour les accompagner vers des connaissances qui se révèleront bientôt indispensables !

Et vous que pensez-vous de cette interdiction des portables au collège et de l’intégration du numérique dans l’éducation de vos enfants ?


A propos de Pascal Kammerer – Freelance Journalist, Videographer and Connected project manager.

English : I created this blog in 2002, followed by the Le RevoRama channel, I am also a 38-year-old father. As a true journalist, and a self-taught videographer I strive to write moderated and sincere articles respecting both the topics and the readers. Founder of the Rêves Connectés limited liability company, I have 20 years’ experience as a Project and Web Project Manager / Community Manager. You can find more information through these links leading to my portfolio and my Curriculum Vitae. As a freelancer, I am available to work on your projects. I love to write and to share. I am passionate about new technologies, the “connected”/customer/user experience, web and mobile projects, community management, e-commerce, storytelling, medias, culture, family entertainment and theme parks, tourism and everyday life. Feel free to contact me, whether it’s about this blog or for any other professional project!

Do you like this blog? You too can experience your connected dreams. Check out our web and social media services for all audiences.Thank you. Pascal.

French : Créateur de ce blog en 2002 et de la chaîne Le RevoRama, je suis aussi un papa de 38 ans. Véritable journaliste et vidéaste autodidacte, j'ai à coeur d'écrire des articles mesurés et sincères, à la fois respectueux des sujets et des lecteurs. Fondateur de la SARL Rêves Connectés, j'ai 20 ans d'expériences comme Chef de Projets et Produits Web / Community Manager, vous trouverez plus d'informations sur ces lien avec mon portfolio et mon Curriculum VitaeFreelance, je suis disponible pour vos projets. J'aime écrire et partager. Je suis passionné par les nouvelles technologies, l'expérience "connectée" / client / utilisateur, les projets web et mobiles, le community management, le e-commerce, le storytelling, les médias, la culture, le divertissement familial et les parcs à thèmes, le tourisme ainsi que la vie citoyenne.

N'hésitez pas à me contacter que ce soit au sujet du blog ou tout autre projet professionnel !

Ce blog vous plaît ? Vous aussi vivez vos rêves connectés. Découvrez nos services web et médias sociaux, pour tous. Merci. Pascal.