Le Revo-Rama teste les lampes Philips Hue et leurs applications (vidéo) 1


Lampes Hue, la lumière connectée pour réinventer notre vision de l’éclairage ? Notre test en famille.

L’électricité, une ampoule blanche, notre perception de l’éclairage est devenue banale : on appuie sur l’interrupteur avec un automatisme utilitaire.

Pourtant, nous avons déjà parlé luminothérapie, l’importance de notre éclairage et son impact sur notre environnement est trop négligé. Pourquoi cela ne devrait-il pas être de meilleur qualité, et aussi plus ludique ?

C’est ce que j’espérais trouver avec les lampes Hue que nous vous invitons à découvrir en vidéo dans cet épisode du Revo-Rama.

Revorama Philips Hue

Le Revo-rama consacré aux lampes Hue et à leurs applications

Lampes Hue : un hub / pont, des ampoules connectées, et un écosystème.

Le kit de démarrage contient 3 ampoules LED, un pont connecté en Ethernet à votre réseau local et à Internet, tout cela communiquant en utilisant la technologie Zigbee.

La bonne idée de Philips a été de permettre la création d’un écosystème grâce à son API et à sa volonté de s’intégrer à des initiatives comme Homekit d’Apple, la Somfybox, ou IF by IFTTT.

Résultat : si l’application officielle se contente de faire le job, bien d’autres sont disponibles sur les stores pour répondre à vos besoins.

Nous vous présentons en vidéo dans ce Revo-Rama nos applications préférées pour les lampes Philips Hue.

Revorama Philips Hue

L’application officielle Philips Hue

Revorama Philips Hue

On fête Halloween avec les lampes Hue

Revorama Philips Hue

L’application IF qui permet de créer des recettes avec Hue et d’autres plateformes.

Lampes Hue : un pari réussi de Philips ? Le cas Ambilight.

Les lampes Hue sont un excellent exemple de la faculté d’une entreprise à se réinventer. Certaines n’y arrivent jamais, mais Philips a peut être trouvé son salut grâce à l’éclairage connecté.

En effet la vente de téléviseurs, malgré l’arrivée des écrans plats, de la 3D, du HD Ready, du Full HD, des Smart TV, puis enfin de l’Ultra HD (UHD), est en difficulté. En inventant Ambilight qui ajoute l’éclairage à l’expérience Home Cinéma, puis en commercialisant les lampes Hues, l’entreprise a trouvé un nouveau relais de croissance grâce à l’innovation.

Cependant, nous vous expliquons dans ce Revo-Rama comment la stratégie TV nous a moins séduit que celle des lampes Hues, avec une récente déconvenue (TV HS et caractéristiques trompeuses).

Revorama Philips Hue

L’alternative à Ambilight : Hue Camera.

Revorama Philips Hue

Once Upon a Time avec Hue Camera. Comme Ambilight.

Pour résumer, si l’investissement est onéreux au départ, l’expérience lampes Hue est vraiment très satisfaisante. Nous avons maintenant envie d’aller plus loin avec d’autres produits de la gamme. Cependant nous sommes déçus par celle proposée par la TV.

Et vous que pensez-vous de cet épisode du podcast Revo-Rama et de des lampes Hue de Philips ?



Commentaire sur “Le Revo-Rama teste les lampes Philips Hue et leurs applications (vidéo)

  • Cédric

    Salut,

    Pour avoir environ 40 lampes Hue depuis quelques années il y a quelques trucs à savoir. Selon moi le principal avantage des lampes Hue c’est dans une utilisation quotidienne de pouvoir régler la couleur des températures : en effet passer de 2000K à 6500K en fonction de si l’on souhaite une lumière pour travailler ou se détendre.

    Un truc que personne ne mentionne c’est les limites du système à commencer par le nombre de lampes par pont, soit 63 (recommandé max 50) et par le protocole Zigbee, il demande certes peu d’énergie, mais est lent et ne permet pas d’adresser de manière synchrone plusieurs lampes. Toutes les applications qui sont sensées être synchronisées (musique, vidéo, …) possèdent déjà avec seulement 3 lampes une sérieuse latence qui se dégrade avec le nombre de lampes ajoutées au réseau maillé Zigbee. Les pro utilisent le protocole DMX, ce n’est pas pour rien 😉

    Ensuite certaines lampes de la gamme ont des petits détails bons à connaître :
    – Les bulbes Hue E27 White and Color et les spots GU10 n’arrivent pas à produire un bleu ou vert très saturé (il y a toujours une composante laiteuse). A contrario des Bloom, Iris ou Lightstrip+
    – Les Lightstrip+ (v2) ont une luminosité de 1600lm uniquement pour les 2 mètres de base, chaque rallonge diminue la luminosité totale (même si le marketing de Philips indique 800lm/m). Ceci est dû au transformateur de 20W et aux Mosfet du contrôleur. Il faudrait 100W pour alimenter correctement les 10m et des transistors plus costauds. Il vaut mieux ne pas dépasser 5m, au delà la baisse de luminosité est très visible.
    – Les Lightstrip (v1), Bloom et Iris n’arrivent pas à produire une lumière blanche agréable et ça se dégrade sur les hautes températures de blanc. Mais sont bons pour des couleurs très saturées (à choisir je prendrais des Lightstrip+ qui sont bons aussi bien pour les blancs que les couleurs).

    Au niveau des applications, au quotidien la v2 de Philips est très pratique et adresse hyper rapidement les changements d’état. C’est aussi à peu près la seule qui supporte bien les interrupteurs Hue Tap et Dimmer. Elle synchronise aussi en généralement 500ms à 2 secondes l’état sur tous les autres smartphones et tablettes présent sur le réseau. Par contre elle ne permet pas de régler précisément les valeurs des lampes (c’est tout au feeling) et pour effectuer les réglages précis et des copier-coller entre lampes j’utilise Hue Pro qui est moins sexy mais bien meilleure.

    Dernier point c’est le prix, il est certes élevé, mais par rapport à des prises commandées partout (par ex. ancienne habitation qui en est dépourvue) et des variateurs sur chaque lampe finalement ce n’est pas si cher.

Les commentaires sont fermés.