J’inaugure à l’occasion de cet article, une rubrique à part, intitulée “Une vie de Papa Citoyen”. A force d’être sollicité pour des émissions diverses et variées, autant partager avec vous.

La Saint Valentin c’est comme Halloween et Noël disais-je fièrement du haut de mes 20 ans, c’est devenu une fête commerciale sans aucun intérêt ! A 32 ans, j’ai passé deux mois à célébrer Noël avec mes filles, et un mois pour Halloween, aurais-je aussi changé d’avis sur la fête que l’on annonce comme celle des amoureux ?

Ces dernières semaines j’ai reçu un nombre incalculable de messages publicitaires me préparant à ce 14 Février. Avec plus ou moins de classe d’ailleurs, me faisant considérer la plupart d’entre eux comme du SPAM. Même Apple s’y est mis. Honnêtement ? J’avais autre chose à penser avec mon déménagement et tout ce qu’il a impliqué, doublé d’une toux tenace qui m’a épuisé durant des semaines. Et rapidement cela m’a exaspéré…Disneyland Paris - 01 Janvier 2011 - Feu d'artifice

Dans mon histoire, qui reste je l’espère encore largement à écrire, je n’ai que peu célébré ce jour. Avant mon mariage (en 2005), soit les histoires de quelques mois ne répondait pas aux exigences de ce calendrier, soit les femmes dont j’ai croisé la route ne le souhaitaient pas. Avec mon ex-épouse je ne sais plus, j’ai tout oublié… ou presque.

Mon mariage reste un souvenir difficile tant le quotidien a été écrasant et pénible. La séparation quant à elle a été traumatisante. Pas tant pour mon ex-femme, car de ce côté là ce fut une vraie libération salutaire, mais parce que, si je suis resté avec ma fille aînée (qui est toujours à mes côtés), nous avons été séparé pendant 4 longs mois de ma seconde princesse qui venait de naître… Et je dois à la justice d’y avoir mis fin ! Cette séparation se répète encore puisque je ne la vois qu’un week-end sur deux, et la moitié des vacances, une souffrance sans cesse ravivée et que j’essaie tant bien que mal de ne pas montrer. C’est ma croix.

Disneyland Paris - Stitch et Angel

Le déroulement de la séparation a été très rapide sur le moment, et TRES long ensuite. Car il a fallu lutter pour convaincre que la médiation familiale était indispensable. Puis j’ai du faire de nombreux voyages pour m’y rendre et discuter … Et il n’est pas facile de discuter, d’être pragmatique et conciliant dans ces conditions. Mais c’est dans ma nature, et nous sommes arrivés à un accord. Il n’est pas parfait, moi ce que je souhaitais au départ c’était la résidence alternée, mais cette demande là a été rejetée d’emblée. Parallèlement il y a eu une enquête sociale, et une expertise qui ont été effectués… Après que plusieurs experts / enquêteurs aient refusés de prendre le dossier car débordés, ce qui repoussait à chaque fois les échéances. Bref, cela a duré 3 ans 1/2, signe du destin jusqu’à ce déménagement.

Pendant ce temps là, je passe les aléas financiers propres aux familles mono-parentales, il a fallu s’occuper de ma fille aînée (je ne vous précise pas que j’aime mes filles plus que tout, et que je ferai tout ce que je peux pour elles, je sais maintenant ce qu’aimer veut dire), des papiers, de l’appartement, en plus de mon travail de Chef de Produit / Projet. Aller à l’école, faire le ménage, la vaisselle, la lessive, la cuisine, les papiers, veiller quand il y a un cauchemar ou quand elles sont malades, rester quand il y a une grève … Tout cela fait partie de mon quotidien. Et à côté il y a les multiples voyages pour chercher mon autre fille, fatiguant, mais que je fais quel que soit les impondérables (grèves, intempéries, …) tant ces visites nous sont importantes et vitales. Je l’accepte, je l’assume.

Disneyland Paris - Parade des rêves Disney - Bisou Mickey et Minnie

Et pour nous détendre il y a les jeux, l’iPad et la Kinect, et puis il y a Disneyland. Quand on va à Marne La Vallée (au moins une fois par mois), on est ailleurs, on oublie tout et on profite. Les filles adorent cet endroit et moi aussi. Notre grand projet serait de faire un tour du monde des parcs Disney. C’est un génial antidépresseur qui manque quand on ne peut y aller. 

Et pour me détendre et me procurer quelques joies supplémentaires et moments d’évasion il y a mes amis, et ce blog sur lequel je passe beaucoup de temps, surtout les week-end où je suis seul. Peut être aussi cela m’évite de trop penser… Un nouveau blog a d’ailleurs été créé avec le nom évocateur de “Rêves Connectés”, mais c’est une autre histoire.

Du point de vue sentimental, pour revenir au sujet de cette note qui est quand même la Saint Valentin, peu de choses à raconter durant cette période, rien qui ne m’enchante. A croire que quelque chose était durablement brisé. Mes illusions se seraient elles envolées ?

Et puis… Et puis il y a une personne qui est un peu entrée dans ma vie. Une charmante personne de mon entourage depuis quelques mois qui s’est mise brusquement à m’écrire, certe par intermittence, mais abondamment. Echanges qui m’ont enthousiasmés, donnés l’envie d’avoir envie, qui m’ont fait espérer de meilleurs moments… Et les échanges se sont tus un moment. J’ai attendu, trépigné d’impatience devant mon mobile comme lorsque j’avais 15 ans… J’étais triste, puis énervé … Je me demandais des choses aussi idiotes que “dois-je écrire ou attendre ?”. Et les nouveaux messages me redonnaient chaque fois le sourire. J’ai recommandé à écouter certaines musiques qui étaient jusqu’alors en sourdine, j’avais même à nouveau l’envie d’écrire (oui oui il m’est arrivé d’écrire des nouvelles, des poèmes, et à essayer de faire quelque chose en musique…). J’ignore complètement ce qu’il adviendra de cette histoire, peut être rien, peut-être n’est ce que dans ma tête, un fantasme de ma part, ou peut être beaucoup ?

Mais je suis à nouveau prêt pour en voir de toutes les couleurs, comme lorsque je déposais des roses sur le pas d’une porte, quand j’allais chaque semaine en Belgique rien que pour revoir quelqu’un, quand j’ai dormi à la belle étoile par un froid glacial, quand j’ai attendu des jours voir des semaines, quand j’ai noirci des pages et des pages … Pour cela que cette personne en soit remerciée en ce jour.

Alors cette Saint Valentin, si je la vis en célibataire, je me dis que finalement ce ne serait pas un mal de la vivre à deux. Comme Noël avec les enfants, chaque prétexte est bon pour passer des moments heureux et magiques ensembles. Qu’en pensez vous ? Bonne Saint Valentin à tous et haut les coeurs !