Freewares, Sharewares…définitions


De nombreux sites proposent des téléchargements tout à fait légaux de logiciels de différentes natures. Ces derniers sont accompagnés de petits mots tels, Freeware, Shareware et j’en passe. Il n’est pas toujours aisé de connaître la correspondance de ces derniers, nous allons donc expliquer leur signification.

– Freeware : le Freeware est un logiciel complet que l’auteur met gratuitement à la disposition de tous, il n’est donc pas utile de payer une licence ou un droit pour son utilisation. Attention toutefois, cela ne veut pas dire que le logiciel est libre de droits, il appartient à son auteur, donc il vous est interdit d’en faire le commerce ou de le modifier. Par contre, vous êtes en droit de le distribuer gratuitement autour de vous et d’en jouir aussi longtemps que vous le désirez.

– Shareware : le système du Shareware est assez similaire à celui du Freeware, mais la différence majeure est la durée légale d’utilisation. Le Shareware est en général un logiciel complet (parfois certaines fonctions sont bridées) que l’auteur met à la disposition de tous dans un but d’essai et de test, pour une durée déterminée, qui excède rarement quelques mois (en général nous avons droit à trente ou soixante jours, voir parfois seulement un nombre déterminé d’utilisation). Arrivé au terme de la période d’essai, vous devez supprimer le programme ou vous acquitter d’une licence si vous souhaitez le conserver. En contre partie, l’auteur s’engage à vous fournir la licence du produit ainsi que la toute dernière version de ce dernier. Tout comme le Freeware, vous avez le droit de le distribuer gratuitement autour de vous.


– Cardware : le cas est une fois n’est pas coutume similaire au Freeware dans la mesure ou le programme est gratuit. L’auteur ne vous demandera qu’une carte postale qui l’encouragera à continuer de produire de petits programmes gratuits pour le grand public. Comme pour les Freewares et Sharewares, l’auteur reste propriétaire des droits.

– Telware : le cas du Telware est assez particulier, dans la mesure où ce système est principalement (voir uniquement) utilisé en France. Le système est similaire au Shareware, c’est-à-dire que vous disposez d’une période d’essai, qui a terme vous propose deux options : soit supprimer le programme, soit le conserver et donc vous enregistrer. L’enregistrement se fait uniquement via le Minitel sur la page de l’auteur (d’où le fait que ce système soit uniquement utilisé en France).

– Donationware : c’est un programme gratuit, à l’instar du Freeware, mais l’auteur accepte les dons. Il n’est évidement pas obligatoire d’en reverser, mais cela peut aider les auteurs de ces programmes à évoluer et donc à en proposer de nouveaux, voir des mises à jour.

– Logiciel du domaine public (logiciel libre) : programme entièrement gratuit, fourni avec son code source, vous permettant ainsi de le modifier voir de l’améliorer. Attention toute fois, cela ne veut pas dire qu’il vous est possible d’en faire le commerce, le nom de l’auteur doit toujours figurer dans le programme. Vous pouvez bien évidement le partager librement et gratuitement.


Vous aimez cet article ? Tenez-vous informé grâce à notre lettre d'information mensuelle

powered by TinyLetter

– La démo (démonstration) : quelques programmes utilisent cette appellation, mais en règle générale, ce sont les jeux qui sont estampillés de ce terme. La démo est donc un avant goût, tout à fait jouable d’un jeu, sorti ou sur le point de sortir. Elle permet comme vous pouvez vous en douter de tester le jeu et donc de s’en faire une petite idée. La démo est en général assez courte, mais caractérise assez bien l’ensemble du soft.