Robocopyright ou les errements de l’algorithme anti-piratage de Youtube (et des autres)


Si vous publiez des vidéos sur Youtube vous connaissez sans doute ceci, l’email “Une réclamation pour atteinte aux droits d’auteur a été créée pour le contenu de la vidéo …”  Et cela que votre vidéo ait 5 minutes ou plus d’un an comme ici.

Robocopyright-content-ID-Google-Youtube-Revo-Rama-IMG_2631

Qu’est-ce que Content ID ?

C’est un système automatisé de Youtube au service des ayants-droits (maisons de disque, studios, et il paraît les artistes aussi …). Ces derniers fournissent à la plateforme des empreintes des oeuvres à protéger, et le système Content ID, qui analyse le contenu mis en ligne par les internautes sur sa plateforme, les informe lorsque celle-ci est retrouvée sur une autre vidéo.

Je n’ai malheureusement jamais vu le système du côté “ayant-droit”, et ne peut qu’imaginer comment cela fonctionne pour eux. Ainsi il arrive que la notification arrive très vite, d’autres fois qu’elle prenne plus d’un an, comme dans mon exemple. Je suppose donc qu’il y a des consignes automatiques comme monétiser la vidéo à son compte, la bloquer de différentes manières (complètement, sur mobile, dans certains pays, ou sans le son), ou lui infliger ce que l’on appelle un “strike”. Je n’en ai jamais eu, mais il paraît que c’est la pire des punitions car cela peut conduire au bannissement de la plateforme et à la perte de son travail (sa chaîne, ses vidéos). Quand c’est plus long j’imagine que le traitement est manuel ou que l’ayant droit a changé d’avis.

Pourquoi surnommer le système Robocopyright ?

Le terme nous vient de La Quadrature lors du débat sur ACTA. La vidéo ci-dessous parodiait une célèbre scène du film Robocop (vous pouvez activer les sous-titre au besoin)


Mais pour en revenir à Youtube, cela a été parfaitement résumé, avec humour, dans cette vidéo de Mozinor

Je trouve pour ma part ce terme tout à fait adéquat dans le cas présent, car le robot de la vidéo de la quadrature agit en fonction de l’intelligence artificielle qui lui a été implantée, et il se trompe. Et dans Robocop, nous avons cette dualité entre cette IA et l’âme humaine. Bon, ce n’est pas mon film préféré mais vous m’avez compris.

Est-ce que je suis “un pirate” si je suis notifié par Robocopyright ?

Vous savez que je suis persuadé que l’intelligence artificielle, au même titre que le big data et la robotique vont continuer à progresser et à bouleverser / révolutionner notre société. On n’y échappera pas et nous devrons faire des choix avant que ceux-ci nous soient imposés. Mais aujourd’hui ces technologies sont encore balbutiantes et à ce titre on paye les erreurs de ceux qui les mettent en place (outre atlantique par les GAFA donc).

Premièrement, je trouve assez bizarre de voir sur Youtube autant de vidéos violant manifestement les droits d’auteur (des clips, ou des chansons, que l’on trouve par ailleurs sur les plateformes légales de streaming), mais que parallèlement les personnes de “bonne foi” se fassent flasher par Content ID. Il y a des personnes qui écoutent toute leur musique sur Youtube, puisqu’on y trouve à peu près tout sans problème (dont des choses que les plateformes de streaming comme Spotify ou Apple Music peinent à proposer … alors qu’on les réclame depuis un moment. Mais c’est un autre sujet).

Cet article de SCINFOLEX, que je vous invite à lire, évoque le cas de la vidéo “Dancing Baby” qui utilisait – puisque c’est la chanson qui passait lorsque l’événement se produisait – une chanson de Prince dont les droits sont défendus par Universal. L’auteur de la vidéo a gagné sur le principe du Fair Use, notion du droit américain :

  • La nature et le caractère de l’usage (éducation, non-commercial, transformée)
  • Publiée ou non
  • Proportion utilisée (extrait ou complet par exemple)
  • L’impact sur le marché de l’oeuvre

Cette notion, qui semble “de bon sens” n’existe apparemment pas dans le droit français. Pour autant, n’a-t-on pas le droit de filmer un événement si une musique passe en fond sonore ? N’a-t-on pas le droit de diffuser des images d’une bande annonce pour parler d’un film et en faire la critique ? N’a-t-on pas le droit de parodier ? Enfin, n’est-ce pas tout à fait dans l’intérêt des dits “ayants-droits” de permettre ces usages afin que les internautes / influenceurs (qu’ils sollicitent par ailleurs) parlent de leurs productions ? Il arrive d’ailleurs souvent qu’on soit sollicité d’un côté, et punis de l’autre par Robocopyright.

Je pense qu’ils l’ont compris puisque dans mon cas, si je reçois très régulièrement ces notifications soit parce qu’une musique passe dans un spectacle dont je parle, soit dans un jeux vidéo, la plupart du temps la pénalité est de m’imposer de la publicité. Je trouve cela cependant déjà injuste : je parle de leur sortie, je passe des jours à préparer la vidéo, mais les faibles gains vont à des multinationales qui n’ont manifestement pas les mêmes contraintes budgétaires que moi.

Et dans le cas où la vidéo serait bloquée automatiquement ou sanctionnée, de quel droit un système automatique le ferait ? Et comment pourrait-il faire ce genre de distinction / appréciation ? N’est-ce pas, si le vidéaste est de bonne foi, une censure arbitraire ?

Au fil du temps il semble que Youtube ait amélioré son système en permettant de contester une revendication, mais bizarrement celle-ci se retrouve en anglais (avec des notions juridiques US donc) et l’aide en ligne vous prévient que si vous vous trompez, la sanction pourrait être pire. Autant dire donc que vous ne changez rien.

Les contestations doivent être prises au sérieux et utilisées uniquement dans les cas où vous disposez de tous les droits nécessaires à l’utilisation du contenu dans votre vidéo. Des utilisations abusives répétées ou malveillantes du processus de contestation peuvent entraîner des sanctions contre votre vidéo ou votre chaîne. Source.

robocopyright-contentid-youtube-Monetized-by-copyright-owner

Le détail de la revendication

robocopyright-contentid-youtube-fair-use

Le formulaire de contestation, en anglais

Quelle alternative à Robocopyright ?

Google propose des musiques libres de droit, super idée, mais vais-je mettre une musique quelconque sur un spectacle Star Wars dont je parle ? Ce serait ridicule.

Quelques malins conseillent sur internet de faire des modifications subtiles sur le matériel original. Par exemple inverser la vidéo, ralentir ou accélérer légèrement l’extrait, … S’il faut dénaturer sa vidéo bof non merci. Je suppose aussi que les équipes de Youtube sont assez maline pour apporter ce détail dans leur algorithme.

Changer de plateforme ? Youtube est leader, c’est comme se dire qu’on va se passer de Google : impossible. Dailymotion est sur le déclin. Vimeo est une excellente plateforme mais … Apparemment tous ont opté pour un système équivalent. Donc pourquoi changer, à part ça Youtube c’est plutôt bien fichu.

Il y a quelques semaines Google a annoncé un programme ambassadeurs permettant à ses “héros” de signaler les vidéos illicites. Cela ne va pas remplacer le robocopyright d’une part, et gagner des points en dénonçant … C’est assez gênant (si je dénonce c’est parce que le contenu est grave et choquant, pas pour gagner des points).

En bref … on est coincés. Un jour j’ai émis l’idée de se réunir en syndicat de blogueurs, afin de pouvoir s’entraider et peser sur ces acteurs, mais il faut croire que ce genre d’initiative est difficile à mettre en place. Pourtant les créateurs qui alimentent Youtube en contenu et en audience, devraient avoir une oreille aussi attentive que les ayants droits. J’ai vu passer une vidéo récemment “Soutenons les créateurs du web”, j’ai contacté son auteur (NESblog / Speed Game), sans réponse, et je n’ai pas l’impression qu’il y ait eu des suites.

Pour conclure c’est cocasse mais Google se fait attaquer sur l’utilisation de la marque … Content ID.

Et vous que pensez-vous de Content ID et de Robocopyright ?


A propos de Pascal Kammerer – Freelance Journalist, Videographer and Connected project manager.

English : I created this blog in 2002, followed by the Le RevoRama channel, I am also a 38-year-old father. As a true journalist, and a self-taught videographer I strive to write moderated and sincere articles respecting both the topics and the readers. Founder of the Rêves Connectés limited liability company, I have 20 years’ experience as a Project and Web Project Manager / Community Manager. You can find more information through these links leading to my portfolio and my Curriculum Vitae. As a freelancer, I am available to work on your projects. I love to write and to share. I am passionate about new technologies, the “connected”/customer/user experience, web and mobile projects, community management, e-commerce, storytelling, medias, culture, family entertainment and theme parks, tourism and everyday life. Feel free to contact me, whether it’s about this blog or for any other professional project!

Do you like this blog? You too can experience your connected dreams. Check out our web and social media services for all audiences.Thank you. Pascal.

French : Créateur de ce blog en 2002 et de la chaîne Le RevoRama, je suis aussi un papa de 38 ans. Véritable journaliste et vidéaste autodidacte, j'ai à coeur d'écrire des articles mesurés et sincères, à la fois respectueux des sujets et des lecteurs. Fondateur de la SARL Rêves Connectés, j'ai 20 ans d'expériences comme Chef de Projets et Produits Web / Community Manager, vous trouverez plus d'informations sur ces lien avec mon portfolio et mon Curriculum VitaeFreelance, je suis disponible pour vos projets. J'aime écrire et partager. Je suis passionné par les nouvelles technologies, l'expérience "connectée" / client / utilisateur, les projets web et mobiles, le community management, le e-commerce, le storytelling, les médias, la culture, le divertissement familial et les parcs à thèmes, le tourisme ainsi que la vie citoyenne.

N'hésitez pas à me contacter que ce soit au sujet du blog ou tout autre projet professionnel !

Ce blog vous plaît ? Vous aussi vivez vos rêves connectés. Découvrez nos services web et médias sociaux, pour tous. Merci. Pascal.