Pour tout savoir sur les petites phrases que nous connaissons tous, “La petite phrase” aux éditions Eyrolles.


Notre histoire politique est constellée de petites phrases qui sont ancrées dans notre mémoire :

“Ralliez-vous à mon panache blanc”, “Souviens-toi du Vase de Soissons”, “Car tel est notre bon plaisir”, “Je vous ai compris”, “Moi Président”, “Travailler plus pour gagner plus”, “Abracadabrantesque” … en sont quelques exemples.

“La petite phrase” aux éditions Eyrolles, écrit par Michel Le Séac’h (diplômé de Sciences Po et de Sciences Com), n’est pas un simple recueil de citations, mais tente d’analyser l’origine de ces petites phrases, la façon dont elles se construisent et se propagent, leur portée et leur utilité.

La petite phrase aux Éditions Eyrolles

La petite phrase aux Éditions Eyrolles

Alors que nous sommes entrés dans l’ère des réseaux sociaux, avec notamment Twitter et ses 140 caractères, il est intéressant de se plonger dans l’art de “la petite phrase”. Celle-ci n’a d’ailleurs pas attendue les gazouillis pour prospérer puisque notre patrimoine compte des citations célèbres de Jules César à nos jours. Elle s’est considérablement développée avec l’arrivée des journaux pendant la révolution, mais aussi de la radio, de la télévision, et de la TNT avec les chaînes d’information en continue et leurs fameux bandeaux (coucou aux stagiaires d’itélé et de BFM 😉 )


La première partie se consacre à différents types de “petites phrases” selon leurs constructions. L’auteur s’est aidé des outils Google (Trends, Ngram Viewer, le moteur) pour vérifier le nombre de résultats mais aussi de recherches avec ces expressions. Lesquelles sont aujourd’hui les plus populaires, depuis quand et pourquoi ? Comme le dit l’auteur “Big data et petites phrases font bon ménage”.

Beaucoup de ces phrases, surtout les plus anciennes, ne sont probablement pas exactes, fausses ou modifiées avec le temps, voire écrites bien après par d’autres. Peu importe nous dit l’auteur puisqu’elles n’appartiennent pas tant à leurs géniteurs présumés qu’au public qui les adopte. Elles font ainsi partie de notre culture et de notre référentiel commun. Jusqu’au “Snowclones” ces déclinaisons que nous en faisons et le “crowdthinking” (pourquoi resterait-on limités au crowdfunding ?!)

La petite phrase. Éditions Eyrolles. Sommaire.

La petite phrase. Éditions Eyrolles. Sommaire.

La petite phrase est concise et, contrairement au slogan ou à la citation, la plupart du temps cantonnée à la politique. On nous apprend que Victor Hugo est considéré comme l’un des précurseurs du marketing politique, et cela n’a cessé de se développer avec le temps jusqu’au cercle vicieux des “éléments de langage” dont usent et abusent nos dirigeants aujourd’hui.

Le storytelling y tient une place prépondérante. La petite phrase, par ce qu’elle appelle dans notre inconscient, est décrite comme une “Madeleine de Proust”, et un “Cheval de Troie”. Nous sommes touchés par les histoires que l’on nous raconte, et les petites phrases en “conservent les détails essentiels et laisse tomber ceux qui n’ont pas d’importance”… Ce sont des “raccourcis intellectuels”. La façon dont fonctionne notre mémoire si complexe.

"Les petites madeleines de notre culture politique ?"

“Les petites madeleines de notre culture politique ?”

Comme le dirait Abraham Lincoln (et bien d’autres) sur Twitter “Le problème avec les citations sur Internet c’est qu’il est très difficile de savoir si elles sont authentiques”.


Vous aimez cet article ? Tenez-vous informé grâce à notre lettre d'information mensuelle

powered by TinyLetter

Cet ouvrage sur #lapetitephraseologie m’a passionné et je vous conseille de le découvrir également si le sujet vous intéresse. Les petites phrases nous apprennent sur nous-même et le fonctionnement de notre démocratie.

Aux éditions Eyrolles. Découvrez également le site de l’auteur : http://www.phrasitude.fr


A propos de Pascal Kammerer – Freelance Journalist, Videographer and Connected project manager.

English : I created this blog in 2002, followed by the Le RevoRama channel, I am also a 38-year-old father. As a true journalist, and a self-taught videographer I strive to write moderated and sincere articles respecting both the topics and the readers. Founder of the Rêves Connectés limited liability company, I have 20 years’ experience as a Project and Web Project Manager / Community Manager. You can find more information through these links leading to my portfolio and my Curriculum Vitae. As a freelancer, I am available to work on your projects. I love to write and to share. I am passionate about new technologies, the “connected”/customer/user experience, web and mobile projects, community management, e-commerce, storytelling, medias, culture, family entertainment and theme parks, tourism and everyday life. Feel free to contact me, whether it’s about this blog or for any other professional project!

Do you like this blog? You too can experience your connected dreams. Check out our web and social media services for all audiences.Thank you. Pascal.

French : Créateur de ce blog en 2002 et de la chaîne Le RevoRama, je suis aussi un papa de 38 ans. Véritable journaliste et vidéaste autodidacte, j'ai à coeur d'écrire des articles mesurés et sincères, à la fois respectueux des sujets et des lecteurs. Fondateur de la SARL Rêves Connectés, j'ai 20 ans d'expériences comme Chef de Projets et Produits Web / Community Manager, vous trouverez plus d'informations sur ces lien avec mon portfolio et mon Curriculum VitaeFreelance, je suis disponible pour vos projets. J'aime écrire et partager. Je suis passionné par les nouvelles technologies, l'expérience "connectée" / client / utilisateur, les projets web et mobiles, le community management, le e-commerce, le storytelling, les médias, la culture, le divertissement familial et les parcs à thèmes, le tourisme ainsi que la vie citoyenne.

N'hésitez pas à me contacter que ce soit au sujet du blog ou tout autre projet professionnel !

Ce blog vous plaît ? Vous aussi vivez vos rêves connectés. Découvrez nos services web et médias sociaux, pour tous. Merci. Pascal.