Tomorrowland (À la poursuite de demain). Une certaine vision du futur à la Disney ?


Tomorrowland c’est le nom historique d’une zone des parcs Disneyland “Magic Kingdom”, plus connue chez nous sous l’appellation Discoveryland.

Si généralement il s’agit du futur tel que l’on peut l’imaginer à un instant T, à Paris (même si cela se perd de plus en plus malheureusement) on peut apercevoir la vision de notre avenir vue par certains auteurs visionnaires tels que Jules Verne, Léonard de Vinci, H. G. Wells. Les extensions prévues aujourd’hui se tournent vers d’autres imaginaires, je pense notamment à George Lucas et Star Wars.

Tomorrowland est maintenant un long métrage proposé par Disney autour d’une ville utopique issue du fantasme né au cours de la fameuse exposition universelle (Foire internationale de New York 1964-1965) qui a vu la naissance de l’attraction It’s a small World (que l’on aperçoit d’ailleurs)

Disney's TOMORROWLAND Casey (Britt Robertson) Ph: Film Frame ©Disney 2015

Disney’s TOMORROWLAND
Casey (Britt Robertson)
Ph: Film Frame
©Disney 2015

Disney's TOMORROWLAND Casey (Britt Robertson)  Ph: Film Frame ©Disney 2015

Disney’s TOMORROWLAND
Casey (Britt Robertson)
Ph: Film Frame
©Disney 2015

Synopsis :


Unis malgré eux par le destin, Frank Walker (George Clooney), un inventeur désabusé, et Casey Newton (Britt Robertson), une adolescente passionnée par les sciences au caractère bien trempé, s’embarquent pour une quête périlleuse qui va les conduire dans un mystérieux univers parallèle où rien n’est impossible. Ce qu’ils vont y découvrir changera le monde – et eux-mêmes – à jamais.

Inspiré d’une légende, source de nombreuses spéculations et parfait départ pour un scénario.

L’ingénieur français Gustave Eiffel, à qui l’on doit la célèbre tour, vivait dans un appartement privé situé en haut de celle-ci d’où il effectuait des observations météorologiques et menait diverses expériences scientifiques. La légende veut qu’au cours d’une sombre soirée d’automne 1889, il y ait rassemblé trois de ses illustres pairs, l’Américain Thomas Edison, le Français Jules Verne et le Serbe Nikola Tesla, afin de discuter du futur.

Cette nuit-là, les quatre hommes auraient, selon certains, formé une organisation ultrasecrète baptisée Nec Plus Ultra qui aurait façonné le XXe et XXIe siècle. Le scénariste Damon Lindelof commente : « Ces grands penseurs auraient élaboré un plan pour construire une ville du futur qui ne puisse être contrôlée ni par un gouvernement, ni par des intérêts industriels. Ils voulaient créer la plus grande expérience scientifique utopique au monde. Mais les deux guerres mondiales ont repoussé leur projet et ce n’est que dans les années 60, après que Walt Disney a rejoint l’organisation, que cette cité secrète a vu le jour à l’abri du monde réel. »

Disney's TOMORROWLAND L to R: Frank (George Clooney) & Athena (Raffey Cassidy) Ph: Film Frame ©Disney 2015

Disney’s TOMORROWLAND
L to R: Frank (George Clooney) & Athena (Raffey Cassidy)
Ph: Film Frame
©Disney 2015

Disney's TOMORROWLAND L to R: Casey (Britt Robertson), David Nix (Hugh Laurie) and Frank Walker (George Clooney) Ph: Film Frame ©Disney 2015

Disney’s TOMORROWLAND
L to R: Casey (Britt Robertson), David Nix (Hugh Laurie) and Frank Walker (George Clooney)
Ph: Film Frame
©Disney 2015

L’une des raisons pour lesquelles ce film était très attendu, outre son thème qui parle forcément aux fans Disney et aux amateurs de Science-Fiction (je m’inscris dans les deux), est qu’il fait appel à Brad Bird, connu pour avoir réalisé Les Indestructibles et Ratatouille. Michael Giacchino rempile également pour la musique.

L’origine de ce projet est assez romantique :

Tout a commencé avec une boîte sur laquelle était inscrite la date « 1952 », découverte par hasard dans les archives des studios Disney. Ce mystérieux écrin contenait toutes sortes de documents fascinants – des plans, des schémas, des maquettes, des photos et des lettres – liés à la création de Tomorrowland et à la Foire internationale de New York, l’exposition universelle de 1964. Une découverte qui a enthousiasmé le scénariste et producteur : « Je me suis mis à imaginer que le contenu de la boîte était une sorte de guide, l’ébauche d’une histoire ignorée de tous… mais laquelle ? La réponse la plus évidente était selon moi qu’il existait réellement quelque part dans le monde un lieu aussi unique que celui-ci… »

« Walt Disney était un vrai futuriste au sens moderniste où on l’entendait au milieu du XXe siècle. Très optimiste, il était persuadé que la technologie était la clé d’un monde meilleur. Il pensait aussi que c’était un formidable moyen de créer d’incroyables divertissements. »

C’est ainsi qu’est née par exemple l’idée d’EPCOT, un concept de communauté du futur qui n’a jamais réellement vu le jour tel que Walt Disney l’imaginait.

C’est en effet de l’optimisme “Made in Disney” que l’on retrouve dans ce film, en contraste avec l’époque contemporaine, nostalgique, fataliste et déprimée.

Dans l’ensemble c’est beau et rappelle assez le design des parcs. La musique donne également le ton, dans des scènes d’actions assez nombreuses et parfois complètement irréelles. J’ai adoré le détournement d’It’s a small world et bien sûr ce qu’il se passe autour de la Tour Eiffel. Magique et fou, en un mot parfait. En ce sens c’est un peu dans le ton “Doctor Who” ce qui me laisse à penser que Léopoldine adorera quand elle le verra à son tour.

Je suppose que Walt Disney lui-même n’aurait pas renié ce long métrage, aidé par un bon casting. Entre George Clooney et Hugh Laurie, on retrouve Brit Robertson (avec son air à la “Amy Pond”) et surtout la jeune Raffey Cassidy qui crève l’écran. Hommage aux audio-animatronics.

Seul bémol pour ma part, un double début un peu poussif durant lequel j’ai eu du mal à entrer. Si les scènes à l’exposition universelle sont une bonne introduction, celles dans le monde contemporain le sont un peu moins, même s’il fallait d’une manière ou d’une autre y passer.

George Clooney
Hugh Laurie
Britt Robertson
Raffey Cassidy
Tim McGraw
Kathryn Hahn
Keegan-Michael Key
Thomas Robinson

Scénario : Damon Lindelof, Brad Bird
Sur une histoire de Damon Lindelof, Brad Bird & Jeff Jensen
Image : Claudio Miranda
Décors : Scott Chambliss
Montage : Walter Murch & Craig Wood, A.C.E.
Costumes : Jeffrey Kurland
Musique : Michael Giacchino

Un film produit par Brad Bird, Damon Lindelof & Jeffrey Chernov


Vous aimez cet article ? Tenez-vous informé grâce à notre lettre d'information mensuelle

powered by TinyLetter

Sortie le 20 mai 2015

Durée : 2 h 10 min

De l’humour, de l’action, Tomorrowland, renommé en France “À la poursuite de demain” (mouais… on aurait aussi pu garder le titre original ou opter pour Discoveryland, plus parlant dans notre langue) est un hymne qui plaira aux rêveurs et aux optimistes. À ne pas rater !

Et vous qu’en pensez-vous ?


A propos de Pascal Kammerer – Freelance Journalist, Videographer and Connected project manager.

English : I created this blog in 2002, followed by the Le RevoRama channel, I am also a 38-year-old father. As a true journalist, and a self-taught videographer I strive to write moderated and sincere articles respecting both the topics and the readers. Founder of the Rêves Connectés limited liability company, I have 20 years’ experience as a Project and Web Project Manager / Community Manager. You can find more information through these links leading to my portfolio and my Curriculum Vitae. As a freelancer, I am available to work on your projects. I love to write and to share. I am passionate about new technologies, the “connected”/customer/user experience, web and mobile projects, community management, e-commerce, storytelling, medias, culture, family entertainment and theme parks, tourism and everyday life. Feel free to contact me, whether it’s about this blog or for any other professional project!

Do you like this blog? You too can experience your connected dreams. Check out our web and social media services for all audiences.Thank you. Pascal.

French : Créateur de ce blog en 2002 et de la chaîne Le RevoRama, je suis aussi un papa de 38 ans. Véritable journaliste et vidéaste autodidacte, j'ai à coeur d'écrire des articles mesurés et sincères, à la fois respectueux des sujets et des lecteurs. Fondateur de la SARL Rêves Connectés, j'ai 20 ans d'expériences comme Chef de Projets et Produits Web / Community Manager, vous trouverez plus d'informations sur ces lien avec mon portfolio et mon Curriculum VitaeFreelance, je suis disponible pour vos projets. J'aime écrire et partager. Je suis passionné par les nouvelles technologies, l'expérience "connectée" / client / utilisateur, les projets web et mobiles, le community management, le e-commerce, le storytelling, les médias, la culture, le divertissement familial et les parcs à thèmes, le tourisme ainsi que la vie citoyenne.

N'hésitez pas à me contacter que ce soit au sujet du blog ou tout autre projet professionnel !

Ce blog vous plaît ? Vous aussi vivez vos rêves connectés. Découvrez nos services web et médias sociaux, pour tous. Merci. Pascal.