«Dragon Ball Z Battle of Gods». Retour de la série mythique dans ce nouveau long métrage d’animation, comme si nous ne nous étions pas quittés. Éditeurs français, on le veut au cinéma et en IMAX !


Cet été j’ai fait découvrir Dragon Ball Z à ma fille aînée grâce à une rediffusion sur D17 (oui il n’y a pas que Sailor Moon 😉 ). Pas toute la série bien sûr, mais la partie que j’ ai préféré de Freezer au tournoi de Cell. Je lui aurais épargné l’interminable chapitre Boo que je me suis forcé à voir il y a quelques années, et lui cacherai aussi longtemps que possible l’existence de l’infâme GT… Du coup elle me réclame la possibilité de lire les mangas à commencer par Dragon Ball. J’aurai du mal à lui refuser !

Quand le tant attendu «Battle of Gods » est sorti en Blu-Ray / DVD le 13 septembre dernier (en import) j’ai été ravi de le découvrir avec elle, même s’il faudra attendre un peu pour en voir une version française. Au Japon ils ont eu le droit à des projections en IMAX, pourvu qu’il en soit de même ici ! Que ce soit AB, Kazé ou la 20th Century Fox il faut le faire ! 

Dragon Ball Z - Battle of Gods 1

Avant d’aller plus loin :

Dragon Ball Z - Battle of Gods 2

Dragon Ball Z - Battle of Gods 3

Dragon Ball Z - Battle of Gods 6

Dragon Ball Z - Battle of Gods 7

Dragon Ball Z - Battle of Gods 8

Bien sûr Dragon Ball est une longue série, avec son côté répétitif, ces successions d’épisodes parfois sans intérêts, et ces films qui se terminaient presque tous de la même façon. Mais ceux qui ont regardé assidument étant enfant / adolescent (et peut-être lu les mangas) gardent certainement un bon souvenir – un peu nostalgique – de Goku et de ses compagnons.


Comme pour le retour de Saint Seiya, chaque fan s’interrogeait sur ce nouveau film … En effet le temps a passé depuis 1997 ! Les techniques ont évolué, comme les attentes des fans. Mais autant le dire tout de suite «Dragon Ball Z Battle of Gods» est une réussite qui a su garder l’essence même de la saga en la modernisant juste ce qu’il fallait. Le fait qu’Akira Toriyama, l’auteur original, ai été impliqué n’est certainement pas étranger à ce succès. Si malheureusement Shunsuke Kikuchi (Mazinger Z, Captain Harlock, Dragon Ball, …) n’a pas participé à l’élaboration de la bande originale (81 ans quand même), la musique est très réussie elle-aussi… quant au remix de CHA – LA HEAD CHA LA n’en parlons pas… Parfait !

Le film est réalisé par Masahiro Hosoda, produit par Gyarmath Bogdan et Kazumi Fujioka, sous la houlette de la TOEI ANIMATION qui le distribue également. D’autres sociétés sont impliquées comme Fox International Productions Japan, Shueisha, Fuji TV, Bandai, Bandai Namco Games, and Bird Studio… Des noms qui vous disent forcément quelque chose. Pour la musique, elle est signée Norihito Sumitomo, et FLOW pour l’interprétation des deux chansons.

Dragon Ball Z - Battle of Gods 9

Dragon Ball Z - Battle of Gods 4

Dragon Ball Z - Battle of Gods 5

Dragon Ball Z - Battle of Gods 12

Dragon Ball Z - Battle of Gods 14

L’histoire change aussi un peu… Oui il y a un ennemi, le dieu de la destruction… Mais il est différent et ce qu’il veut c’est se battre avec le Super guerrier légendaire qui a battu Freezer et celui (est-ce le même ?) dont la prophétie dit qu’il peut se transformer en “Super Saiyan God”.

Les différents personnages que nous connaissons sont tous réunis pour l’anniversaire de la richissime Bulma, l’occasion de quelques scènes amusantes entre eux. C’est vraiment un plaisir de les voir réunis même les insupportables Hercule et Boo !

Je m’arrête là pour l’histoire, elle n’est pas non plus d’une complexité extrême, ce n’est pas le propos. Ce qu’il faut retenir c’est qu’elle a sa place dans la chronologie officielle et qu’elle vient donc avant GT (on a dit qu’on en parlait pas…).

Dragon Ball Z - Battle of Gods 10

Dragon Ball Z - Battle of Gods 11

Dragon Ball Z - Battle of Gods 15

Dragon Ball Z - Battle of Gods 16

Dragon Ball Z - Battle of Gods 20

Graphiquement on retrouve nos repères, pas de grand chambardement sauf peut être pour les décors. Tout s’intègre très bien sauf pour les traditionnelles montagnes rocheuses qui en 3D rendent bizarrement… Mais ouf, je m’attendais à pire. Le tout est soigné pour une diffusion cinéma, on est très loin de certains épisodes complètement brouillons réalisés à la va-vite.

Les combats sont impressionnants, mais attention CE N’EST PAS l’intérêt principal du film… Non il s’agit ici de les retrouver, de passer 85 minutes avec eux comme si nous ne nous étions pas quittés… C’est sans doute ce qui le rend bien différent des autres films. Il y a de l’humour et de l’énergie. On ne s’ennuie pas, c’est divertissant, et la nostalgie marche à plein.

D’ailleurs le générique de fin est juste un pur cadeau avec les pages des mangas qui défilent devant nous pour nous rappeler les grands moments …

Dragon Ball Z - Battle of Gods 13

Dragon Ball Z - Battle of Gods 19

Dragon Ball Z - Battle of Gods 18

Dragon Ball Z - Battle of Gods 17

Le succès a bien sûr été immédiatement au rendez-vous au Japon… explosant (si j’en crois Wikipédia) One Piece Z. Je suis sûr qu’il en serait de même en France… Il suffit de traiter l’oeuvre et ses fans avec respect.

On espère avoir des nouvelles très vite. J’apprends au passage qu’un jeu vidéo Xbox 360 et PS3 est en approche “Battle of Z”.

Dragon Ball Z - Battle of Gods 21


Vous aimez cet article ? Tenez-vous informé grâce à notre lettre d'information mensuelle

powered by TinyLetter

Dragon Ball Z - Battle of Gods 22

Dragon Ball Z - Battle of Gods 23

Dragon Ball Z - Battle of Gods 24

Vous pourrez trouver le film et l’OST en import sur des sites comme CD Japan mais aussi Amazon

Espérons que le film Saint Seiya que nous attendons aussi ai le droit à un traitement à la hauteur de nos attentes ! Pour l’instant peu d’infos … Sans oublier Captain Harlock (Albator) qui nous revient lui aussi et qui s’annonce sublime.

Et vous qu’en pensez-vous ?


A propos de Pascal Kammerer – Freelance Journalist, Videographer and Connected project manager.

English : I created this blog in 2002, followed by the Le RevoRama channel, I am also a 38-year-old father. As a true journalist, and a self-taught videographer I strive to write moderated and sincere articles respecting both the topics and the readers. Founder of the Rêves Connectés limited liability company, I have 20 years’ experience as a Project and Web Project Manager / Community Manager. You can find more information through these links leading to my portfolio and my Curriculum Vitae. As a freelancer, I am available to work on your projects. I love to write and to share. I am passionate about new technologies, the “connected”/customer/user experience, web and mobile projects, community management, e-commerce, storytelling, medias, culture, family entertainment and theme parks, tourism and everyday life. Feel free to contact me, whether it’s about this blog or for any other professional project!

Do you like this blog? You too can experience your connected dreams. Check out our web and social media services for all audiences.Thank you. Pascal.

French : Créateur de ce blog en 2002 et de la chaîne Le RevoRama, je suis aussi un papa de 38 ans. Véritable journaliste et vidéaste autodidacte, j'ai à coeur d'écrire des articles mesurés et sincères, à la fois respectueux des sujets et des lecteurs. Fondateur de la SARL Rêves Connectés, j'ai 20 ans d'expériences comme Chef de Projets et Produits Web / Community Manager, vous trouverez plus d'informations sur ces lien avec mon portfolio et mon Curriculum VitaeFreelance, je suis disponible pour vos projets. J'aime écrire et partager. Je suis passionné par les nouvelles technologies, l'expérience "connectée" / client / utilisateur, les projets web et mobiles, le community management, le e-commerce, le storytelling, les médias, la culture, le divertissement familial et les parcs à thèmes, le tourisme ainsi que la vie citoyenne.

N'hésitez pas à me contacter que ce soit au sujet du blog ou tout autre projet professionnel !

Ce blog vous plaît ? Vous aussi vivez vos rêves connectés. Découvrez nos services web et médias sociaux, pour tous. Merci. Pascal.