Raiponce : “Guéris les blessures, éloigne la pluie … Ce destin impur, rends-moi ce qu’il m’a pris…” 2


[Mère Gothel]

Fleur aux pétales d’or, répands ta magie

Inverse le temps, rends-moi ce qu’il m’a pris

Ce qu’il m’a pris…

Raiponce-BO.pngComme prévu, je suis allé voir avec ma fille aînée et ma petite soeur de 8 ans, le dernier long métrage animé de Disney, le nouveau conte de princesses nommé Raiponce (Tangled dans la version originale, l’héroïne s’appelant Rapunzel). Fans de Disney, j’avais par ailleurs lu d’excellentes critiques et vu l’arrivée  avec les filles de la princesse à Disneyland Paris, nous étions donc prédisposés à passer un bon moment. Mais ce n’est pas un bon moment que nous avons passé, c’est bien plus que cela car Raiponce est un excellent film et si on est un tant soit peu réceptif à la magie Disney, on ne peut qu’aimer.

En réalité, j’ai été ému par ce film et je suis obligé de le mettre de ce fait au même niveau que la Belle et la Bête autre chef d’oeuvre du même studio. Certes il est réalisé en images de synthèse ce qui avait de quoi inquiéter et nous l’avons vu au cinéma et en 3D, ce qui renforce la magie d’un film. Mais au final l’animation est très belle et fluide, et les personnages rendus très attachants et drôles. Toujours au niveau de la réalisation la musique, bien que moins exceptionnelle que celui de la Belle et la Bête qui aligne les bons titres, reste néanmoins bonne et je ne peux m’empêcher d’écouter en boucle le prologue et l’incantation…

L’Histoire est donc tirée d’un conte “des frères GRIMM”, mais ce n’est là qu’une adaptation, on en a l’habitude et c’est normal : l’époque n’est pas la même, le format non plus. Ce qui n’empêche que l’on peut s’intéresser au conte par la suite. Il y a également eu une autre adaptation, pour les petites filles celle-ci, nommée Barbie Raiponce. Je le sais car ma petite soeur m’en a parlé et j’en ai vu quelques extraits lorsqu’elle le regardait.


Le couple royal attend un enfant, mais la reine est très malade et risque de mourir. Une légende veut qu’une fleur aux pétales d’or permettrait de la guérir. Mais celle-ci est aussi convoité par une femme (une sorcière ?) “Gothel” qui s’en sert pour assouvir son désir égoïste de jeunesse éternelle. Par hasard la fleur est découverte et – je crois – infusée donnée en tant que médicament à la reine. Celle-ci guérit et accouche, mais la petite fille s’avère être un peu spéciale. Gothel s’en rend compte, l’enlève, l’enferme dans une tour isolée, et vient la voir se présentant comme sa mère et lui demande de chanter l’incantation pour garder sa jeunesse, car le pouvoir de la fleur est dans la longue chevelure dorée de Raiponce (qu’elle ne peut couper sans quoi ils perdraient de leur pouvoir). Mais un jour, fuyant, un brigand se faisant appeler Flynn Raider entre par hasard dans la tour où il pense trouver refuge. 

Cette enfant privée de ses parents pour assouvir le désir égoïste de jeunesse éternelle de Mère Gothel, va alors pouvoir à l’aube de ses 18 ans découvrir “le monde” et – vous vous en doutez – découvrir l’amour. Cette quête initiatique est aussi celle d’Eugène (Flynn Rider) qui apprendra beaucoup également. Ce qui est également frappant c’est la façon dont Gothel garde prisonnière Raiponce en s’excusant par le danger du monde extérieur et de ceux qui pourraient lui faire du mal à cause de son pouvoir. Les paroles de l’incantation au final conviennent parfaitement, non pas à Gothel, mais à Raiponce…

Dans la galerie de personnages, Maximus, un cheval plutôt particulier et dôté d’une certaine intelligence, ainsi que les brigands de cette contrée, pimentent d’humour et d’actions, ce film.

Car Raiponce est certe un conte de princesses, mais – alors que l’on parle de l’arrêt de ce type de films par les studios Disney ce qui semble juste impensable et impossible – est résolument moderne tant dans sa narration que dans sa réalisation. On est, il faut le dire, à 1000 lieux de Blanche Neige.

Derrière ce film il y a des magiciens dont certains me sont déjà familiers comme Alan Menken (musique), Glen Keane et John Lasseter (producteurs executif). Les autres sont moins connus et j’attend avec impatience le DVD avec des bonus dignes de ce nom qui me permettront, je l’espère, de tout savoir sur ce film et sa réalisation. J’ai aussi hâte de le voir en VO, même si le doublage est de qualité (et j’ai apprécié le travail d’Isabelle Adjani…). Avec les bons films en 3D qui ont été proposés récemment, il faut espérer que les TV 3D deviennent prochainement plus abordables pour se démocratiser et poursuivre cette expérience. 

Pour conclure, oui j’ai été amusé et ému par ce spectacle qui m’a été proposé. Je suis un Papa, j’ai 30 ans, et j’ai aimé cette histoire, beaucoup aimé. Apparemment je ne suis pas le seul puisque Raiponce vient chatouiller Harry Potter au box office mondial. Merci Disney.


Vous aimez cet article ? Tenez-vous informé grâce à notre lettre d'information mensuelle

powered by TinyLetter

[Raiponce]

Fleur aux pétales d’or, répands ta magie

Inverse le temps rends-moi ce qu’il m’a pris

Ce qu’il m’a pris…

Guéris les blessures, éloigne la pluie

Ce destin impur, rends-moi ce qu’il m’a pris

Ce qu’il m’a pris…

Raiponce-Disneyland.jpg


A propos de Pascal Kammerer – Freelance Journalist, Videographer and Connected project manager.

English : I created this blog in 2002, followed by the Le RevoRama channel, I am also a 38-year-old father. As a true journalist, and a self-taught videographer I strive to write moderated and sincere articles respecting both the topics and the readers. Founder of the Rêves Connectés limited liability company, I have 20 years’ experience as a Project and Web Project Manager / Community Manager. You can find more information through these links leading to my portfolio and my Curriculum Vitae. As a freelancer, I am available to work on your projects. I love to write and to share. I am passionate about new technologies, the “connected”/customer/user experience, web and mobile projects, community management, e-commerce, storytelling, medias, culture, family entertainment and theme parks, tourism and everyday life. Feel free to contact me, whether it’s about this blog or for any other professional project!

Do you like this blog? You too can experience your connected dreams. Check out our web and social media services for all audiences.Thank you. Pascal.

French : Créateur de ce blog en 2002 et de la chaîne Le RevoRama, je suis aussi un papa de 38 ans. Véritable journaliste et vidéaste autodidacte, j'ai à coeur d'écrire des articles mesurés et sincères, à la fois respectueux des sujets et des lecteurs. Fondateur de la SARL Rêves Connectés, j'ai 20 ans d'expériences comme Chef de Projets et Produits Web / Community Manager, vous trouverez plus d'informations sur ces lien avec mon portfolio et mon Curriculum VitaeFreelance, je suis disponible pour vos projets. J'aime écrire et partager. Je suis passionné par les nouvelles technologies, l'expérience "connectée" / client / utilisateur, les projets web et mobiles, le community management, le e-commerce, le storytelling, les médias, la culture, le divertissement familial et les parcs à thèmes, le tourisme ainsi que la vie citoyenne.

N'hésitez pas à me contacter que ce soit au sujet du blog ou tout autre projet professionnel !

Ce blog vous plaît ? Vous aussi vivez vos rêves connectés. Découvrez nos services web et médias sociaux, pour tous. Merci. Pascal.


2 commentaires sur “Raiponce : “Guéris les blessures, éloigne la pluie … Ce destin impur, rends-moi ce qu’il m’a pris…”

  • Stessy

    Bonjour j’ai 12 est j’ai beaucoup aimu00e9 j’aimerai avoir le film il a l’air bien mais c’est tres bien fait c’est dommage parce que a la fin sa larme Soigne son Amour est la lumiere aurai pus rendre c’est cheveux blond sa aurai u00e9tu00e9 tres genial .nnBisous

  • Dgdgdfgffhfhghjgj

    super ce film ! j’ai pas pu le voir au cinéma mais je me suis “arrangée” pour le voir quand même quelques mois plus tard… !

Les commentaires sont fermés.