Geneshaft


Petite série futuriste, de science-fiction.
Geneshaft 13-17369_resize

  • Année de production : 2001
  • Producteur : Studio Bandai
  • Volume et durée : 13 épisodes de 24 minutes
  • Directeur : Kazuki Akane
  • Character Design : Yasuhiro Ohshima
  • Musique : Akira Takasaki

L’histoire :

Au 21ème siècle, l’humanité s’est elle-même autodétruite, à la suite de progrès technologiques, affectant l’environnement et à la suite de guerres.

Pour empêcher que se renouvellent de tels évènements et pour la sauvegarde de la race humaine, un choix a été fait ; l’humanité devra elle-même se réguler (du moins sa population) en se basant uniquement sur la génétique. Plus précisément, les êtres humains seront choisis et fabriqués, à partir des meilleurs gènes possibles et seront écartés, les gènes jugés inutiles. Seuls les êtres indispensables à la sauvegarde de l’humanité verront le jour.

Les mâles étant plus agressifs que les femelles, un ratio a donc été imposé. Il y aura un mâle pour neuf femelles. De plus, l’amour et l’ambition personnelle ont été éliminés.

Nous sommes à présent au 23ème siècle, l’humanité survit sans aucun problème, les gènes contrôlent les natalités et gèrent la vie des sociétés. Chaque être est identifié par une couleur, correspondant à son type génétique. La vie pourrait se dérouler paisiblement, si, n’était apparu, il y a quelques années, un étrange anneau dans l’espace, de plusieurs centaines de kilomètres de diamètre. Cet anneau s’est dévoilé lorsqu’une équipe d’ingénieur a souhaité visiter d’anciennes ruines, présentes sur la lune Ganymède (satellite de Jupiter). Ces ruines semblaient appartenir à une race extraterrestre, que les humains ont nommé « Géants ».


Geneshaft snapshot20050602104507_resize

Grâce aux informations trouvées au sein de ces ruines, l’humanité a mis au point une arme, sous la forme d’un robot, nommé « Shaft ». Seul ce dernier est habilité à détruire les anneaux, qui ont successivement fait leur apparition en menaçant l’humanité…

L’action prend place dans une station spatiale où une mission ultra secrète est mise sur pied, dans le but de détruire les fameux anneaux. Un groupe de jeunes femmes est alors envoyé sur un vaisseau nommé le Bilkis. C’est ce dernier qui sert de plateforme au Shaft.

Geneshaft snapshot20050602105041_resize

Ces jeunes femmes ont toutes été sélectionnées pour leurs différentes compétences et certaines, n’hésitent pas à le faire savoir et à se vanter. Et oui, les défauts n’ont visiblement pas été éliminés des gènes ^_^. Les caractères s’échauffent et les prises de bec se cumulent, en particulier entre la jeune recrue Mika (seize ans, pilote du Shaft) et Mir Lotus (dix sept ans) ; considérée comme étant la perfection génétique.

Le capitaine du Bilkis ; Hiroto Himagiwa (dix-sept ans) est une vielle connaissance de Mika. Visiblement, la jeune fille le rendrait coupable de la mort de sa meilleure amie. A noter que les hommes (hauts placés) sont tous assistés, ou plutôt surveillés par des femmes dont le titre est « Register ». En quelque sorte, des personnes dont le rôle est d’enregistrer en temps réel, les moindres faits et gestes des mâles. Les Registers, ne ressentent aucune émotion, de part le code génétique. Ils ne dorment jamais mais doivent régulièrement avaler une sorte de petit bonbon, éliminant la fatigue physique et mentale.

Geneshaft snapshot20050602104701_resize

Bref, la petite équipe composée de huit membres principaux (sans compter les membres du personnel), va devoir partir à l’assaut des anneaux en pilotant le Shaft, dont, malheureusement, la programmation n’est pas entièrement accomplie.

Geneshaft snapshot20050602104708_resize

Le scénario, est assez original, mais pas révolutionnaire. Le thème du ratio homme/femme a souvent été pris et repris dans les mangas japonais, ben oui, cela fait rêver, neuf femmes pour un homme ^_^. Mais bon, il ne faut pas se méprendre sur la série actuelle. Dans ce 23ème siècle, la reproduction est gérée par des machines, il n’y a aucun rapport entre les hommes et les femmes. D’ailleurs, l’amour et l’envie sont des sentiments qui semblent avoir été oubliés, voir bannis.

Graphiquement, l’animation est réellement belle, en mélangeant la 2D et la 3D (en particulier pour le robot Shaft). Les personnages vraiment bien dessinés et un soin particulier pour les paysages vu de l’espace, avec les différentes planètes et satellites.

La musique est elle aussi à la hauteur, en nous proposant du rock, oui, vous avez bien lu, un bon rock, à la limite du hard rock. Quelle surprise, pour une fois que l’on ne nous propose pas de pop ^_^.

Geneshaft snapshot20050602104759_resize

Je vais terminer par un avis perso. Je n’ai pas été séduit par les deux premiers épisodes, simplement parce que l’action n’avançait pas, normal, ces épisodes servaient à la présentation des personnages. Très rapidement, l’action s’installe et on entre dans le vif du sujet et là, on reste scotché à son fauteuil. Honnêtement, j’ai vraiment apprécié cette petite série. De plus, le fait qu’il n’y ai que treize épisodes oblige le scénario à ne pas s’attarder sur des sujets inutiles ou des passages superflus, bref, aucune perte de temps.

La psychologie des personnages est tout de même traitée, ce qui est vraiment intéressant dans une aussi petite série. On s’attache à certains individus et, on a presque envie de les plaindre de temps en temps. En effet, leur monde est plutôt vide, pas de sentiments, pas d’amour, aucun désir…sans compter leur faible espérance de vie (quatre à cinq ans). D’ailleurs, l’un des épisodes est assez marquant, lorsqu’une navette spatiale américaine de 21ème siècle apparaît et est prise en charge par le Bilkis.


Vous aimez cet article ? Tenez-vous informé grâce à notre lettre d'information mensuelle

powered by TinyLetter

Geneshaft snapshot20050602104829_resize

On se rend compte que, même si notre vie actuelle n’est par parfaite, elle est tout de même bien plus enviable que celle proposée par ce futur. Ce même épisode, permet à l’équipage, de se rendre compte que les sentiments qui ont été enfouis, ou bannis, sont encore présent en eux. En fait, à partir de cette rencontre, les membres de l’équipage commencent à éprouver certaines sensations refoulées, voir se posent des questions sur leur mission ou leur mode de vie.

A ce propos, personnellement, j’aurai aimé que cela soit un peu plus exploité, enfin, du moins, qu’il y ai un ou deux autres épisodes supplémentaires ou l’on nous présente le futur de ces jeunes recrues, à savoir si elles allaient continuer à vivre comme des robots ou si elles allaient écouter les conseils et autres paroles des hommes du 21ème siècle.

Enfin bref, quoi qu’il en soit, cette série est excellente et vous pouvez la trouver en DVD (en français évidement) ^_^.