Notre test de The Last of Us Part II. (vidéo)


Attention spoilers

C’est 7 ans après la sortie du désormais culte The Last of Us, que Naughty Dog nous propose enfin sa suite sur Playstation 4.

La marque de fabrique de ce succès est son côté fortement cinématographique, et son histoire poignante de survivants d’une terrible pandémie.

Si The Last of Us 2 raconte bien sûr ce qu’il advient de Joël et sa protégée, on parle avant tout vengeance, entre Abby et Ellie.


Alternant principalement entre les deux personnages féminins, la narration est en tout point efficace, avec des segments en flashback.

Finalement, l’histoire de zombies passe complètement en second plan, ce qui n’est pas pour nous déplaire, tant l’intérêt du jeu n’est pas là.

Avec la belle décision de nous faire jouer les personnages féminins, on note aussi de beaux choix scénaristiques comme la relation Ellie et Dina.

Certains joueurs n’ont pas apprécié le côté trop masculin d’Abby, comment pouvait-il en être autrement dans ce monde post-apocalyptique ?

Très guidé, le jeu sert avant tout l’histoire, avec des phases d’exploration et d’élimination (discrète ou non). Les bains de sang virtuels sont fréquents !

On apprécie beaucoup comment Naughty Dog a su maîtriser la PS4, le jeu est à la fois magnifique et très fluide, avec peu de temps de chargement !

Ainsi on est embarqués dans l’histoire, sans temps morts, dans un scénario qui évite le dérisoire gonflant artificiellement la durée de vie.

La musique du compositeur argentin Gustavo Santaolalla colle très bien, la guitare évoquant la tristesse conjuguée des différents personnages.

C’est alors que les joueurs ont les yeux tournés vers la Playstation 5 à venir que sort ce bijou, comme souvent lors de la fin de vie d’une console.

Au final Naughty Dog nous offre là un jeu essentiel à votre collection. En attendant la série en cours de préparation pour HBO !


A propos de Pascal Kammerer – Freelance Journalist, Videographer and Connected project manager.

English : I created this blog in 2002, followed by the Le RevoRama channel, I am also a 38-year-old father. As a true journalist, and a self-taught videographer I strive to write moderated and sincere articles respecting both the topics and the readers. Founder of the Rêves Connectés limited liability company, I have 20 years’ experience as a Project and Web Project Manager / Community Manager. You can find more information through these links leading to my portfolio and my Curriculum Vitae. As a freelancer, I am available to work on your projects. I love to write and to share. I am passionate about new technologies, the “connected”/customer/user experience, web and mobile projects, community management, e-commerce, storytelling, medias, culture, family entertainment and theme parks, tourism and everyday life. Feel free to contact me, whether it’s about this blog or for any other professional project!

Do you like this blog? You too can experience your connected dreams. Check out our web and social media services for all audiences.Thank you. Pascal.

French : Créateur de ce blog en 2002 et de la chaîne Le RevoRama, je suis aussi un papa de 38 ans. Véritable journaliste et vidéaste autodidacte, j'ai à coeur d'écrire des articles mesurés et sincères, à la fois respectueux des sujets et des lecteurs. Fondateur de la SARL Rêves Connectés, j'ai 20 ans d'expériences comme Chef de Projets et Produits Web / Community Manager, vous trouverez plus d'informations sur ces lien avec mon portfolio et mon Curriculum VitaeFreelance, je suis disponible pour vos projets. J'aime écrire et partager. Je suis passionné par les nouvelles technologies, l'expérience "connectée" / client / utilisateur, les projets web et mobiles, le community management, le e-commerce, le storytelling, les médias, la culture, le divertissement familial et les parcs à thèmes, le tourisme ainsi que la vie citoyenne.

N'hésitez pas à me contacter que ce soit au sujet du blog ou tout autre projet professionnel !

Ce blog vous plaît ? Vous aussi vivez vos rêves connectés. Découvrez nos services web et médias sociaux, pour tous. Merci. Pascal.