logohef.pngNous sommes très nombreux à avoir un blog, un peu moins à être réellement actifs. Ce succès (comme celui de Twitter qui est en fait du Micro blogging) montre qu’il y a un réel besoin de nous exprimer. Les réactions de certains régimes vis à vis d’Internet sont d’ailleurs révélatrices.

Mais ouvrir un blog ou un site internet n’est pas anodin. Ainsi se posent les questions “De quoi vais je parler”, “Quels sont mes objectifs” … ?
Un blog cela prend beaucoup de temps, recherche d’informations, rédaction, publication, référencement, promotion, réponse aux commentaires reçus. Ce temps on ne l’estime pas toujours lors de l’ouverture de son site et on a tôt fait dans ces conditions d’abandonner surtout que les résultats sont loin d’être immédiats.

En observant mes collègues de la blogosphère je me suis aperçu que pour beaucoup l’objectif à atteindre était devenu purement quantitatif. A la manière de la télévision ou de la radio on estime que son blog est une réussite lorsque son trafic augmente et que l’on a une bonne audience. C’est vrai après tout quand on écrit on a envie d’être lu, et donc de toucher le plus grand nombre. Pour cela on référence son blog de la meilleure façon possible, ce qui influe sur nos choix éditoriaux, et on scrute l’évolution de chaque article sur Google. Pour se faire connaître on utilise également nos réseaux sociaux en twittant et re-twittant des liens.

A l’époque du site Et Dieu Créa Léa dont j’étais le webmaster, j’étais dans cette optique et chaque jour je regardais le nombre de visiteurs uniques. Petit à petit nous avions mine de rien plus de 1500 visiteurs uniques par jour. Mais la quantité alliait elle toujours la qualité ? Il serait prétentieux de prétendre oui à tout les coups même si une communauté s’est crée autour de ce site.

Maintenant je me dis qu’au final le plus important c’est le contenu que l’on propose, et la participation que l’on est en mesure de générer (sur son propre blog, sur les réseaux sociaux, sur d’autres blogs …). Plus encore la pertinence de cette participation. Et la recherche de l’audience à tout prix peut gêner cet objectif (un peu comme le “journaliste” qui veut dégainer son scoop à tout prix sans vérifier sa source). Maîtrisons la manière de communiquer sur Internet sans que celle ci gêne notre créativité ou nous dicte ce dont on doit parler.

Par ailleurs on parle beaucoup des billets rémunérés, qui quelque part me gênent. Quid de la liberté d’expression si l’on est payé pour écrire certaines notes ? Cela ne nuit il pas à la crédibilité des bloggeurs souvent mis à mal par des journalistes traditionnels ? Ce sont des questions que je me pose.

En bref être bloggeur ce n’est pas si évident. Tout un art de générer du trafic qualifié, générer de la participation de qualité, voir fédérer une communauté. Une partie de l’art du Community Manager dans le domaine professionnel. Certains y arrivent très bien. C’est à ce prix que la blogosphère acquerra ses lettres de noblesses aux côtés des médias traditionnels. C’est peut être à ce prix aussi que le web cessera d’être une curiosité ce qu’il est encore pour beaucoup. Cela est il utopique ?

PS : L’image est celle de la communauté Hautetfort qui héberge actuellement ce blog.