Nous vous parlions au mois de Juillet 2020, des nouveautés de la série d’animation Miraculous, petit miracle franco-coreo-japonais. Nous y sommes, les deux épisodes spéciaux ont été diffusés comme le premier épisode de la saison 4, très attendus par les fans.

Miraculous World : New-York

Les épisodes spéciaux Miraculous World à New-York et Shanghai

D’une durée de 50/55 minutes chacun “Miraculous World : New-York, les héros unis” (Miraculous World: New York – United HeroeZ) et “Miraculous World : Shanghai, la légende de Ladydragon” ont été diffusés en France consécutivement sur Disney Channel, MyTF1/TFou et Disney+.

Qui dit plus de temps, dit aussi histoire plus développée (mais pas encore assez pour aller vraiment au fond des choses), et un soin particulier sur la qualité de l’animation pour laquelle on ressent un effort certain (même si on espère mieux encore pour le film de cinéma à venir).

Le format permet, en tout cas, de découvrir de nouveaux personnages emblématiques que nous retrouverons sans doute, un jour ou l’autre (car les épisodes spéciaux sont canons, même s’il est compliqué de les situer avec exactitude).

Avec une nuance néanmoins, il nous semble que si dans New York les personnages sont développés mais l’histoire un peu convenue, à Shanghai l’histoire est plus développée au contraire des personnages (hormis la nouvelle protagoniste). Léopoldine et Aliénor ont ainsi préféré le premier, avec des super-héros américains, alors que j’ai préféré le second.

Dès le générique, “à la Marvel”, du téléfilm New-York (plutôt classe il faut l’avouer) on comprend tout de suite l’objectif, qui est assumé par les auteurs / producteurs eux-même qui souhaitent faire de la franchise un “Marvel, à la française”. Autrement dit décliner sur divers formats, et surtout exporter partout dans le monde. Pour cela il est prévu d’autres téléfilms à l’avenir qui nous permettront de voyager encore.

Si le charme de la série Miraculous est aussi sa localisation parisienne, on ne boude pas son plaisir de visiter New-York et Shanghai “façon Miraculous”, et d’explorer d’autres facettes de la série.

Le début de la saison 4 de Miraculous

Alors que nous avons quitté la saison 3 avec de nouvelles péripéties amoureuses et une Marinette gardienne des Miraculous, nous avions hâte de savoir où le scénario allait nous mener.

C’est sur MyTF1 Premium (via MyCanal notamment) que cet épisode a été diffusé en avant-première, avant que celui-ci ne fasse son parcours habituel sur les chaînes partenaires.

Sans tarder, les problématiques sont posées, et l’action au rendez-vous. Épisode très sympathique, qui promet un bon démarrage à cette nouvelle saison.

Un succès au rendez-vous

Le téléfilm « Miraculous World : Shanghai, la Légende de Ladydragon » a touché (uniquement sur TFou) 1,3 million de téléspectateurs (4 ans et +). 58,4% des enfants de 4 à 10 ans présents devant leur téléviseur l’ont été devant Miraculous. 300 000 spectateurs de plus ont regardé le replay sur MyTF1.

Sans avoir de chiffres précis pour l’épisode se déroulant à New-York, il est probable qu’il ait fait une moins bonne performance tout en ayant néanmoins un score très honorable.

Quant à « Vérité », le premier épisode de la saison 4 de « Miraculous, les aventures de Ladybug et Chat Noir » a touché près d’un million de téléspectateurs, soit 949 000 individus de 4 ans et +.

Il serait intéressant de comparer et cumuler les chiffres obtenus sur les différentes chaînes et plateformes en France (Disney Channel, Disney +, TF1/TFou, MyTF1 …) et dans le monde.

Et ensuite ? Un long-métrage de cinéma, une comédie musicale, une adaptation BD …

Si la série est menée par le créateur et réalisateur (on pourrait dire showrunner à l’anglo-saxonne) Thomas Astruc, les autres projets sont portés par le producteur Jérémy Zag.

Ainsi on nous promet une comédie musicale, dont le scénario sera aussi porté en BD. En cas de succès d’autres titres devraient suivre.

Mais le projet le plus intéressant est le long-métrage de cinéma “Ladybug & Cat Noir Awakening” que l’on devrait voir fin 2021, ou 2022 (le Covid-19 n’aide pas…) en salles. Sans doute après la diffusion de la saison 4.

Ce qui est intéressant c’est que le créateur de la série est absent de l’équation, et que ce film (pour lequel Zag s’occupe du scénario; de la réalisation et même d’une partie de la bande son puisqu’il devrait être très “chantant”) est “la seule vision qu’a Jeremy de Miraculous… Mêmes personnages, même concept, des univers différents”. Le film ne sera donc pas canon, comme c’est souvent le cas avec les animes japonais. Est-ce une relecture de l’histoire, un préquel, ou une histoire inédite et indépendante ?

La meilleure source d’information sur ce sujet semble bien être l’Instagram de Jérémy Zag.

Un univers un peu trop “gentillet” ?

Si heureusement le scénario de Miraculous évolue avec l’âge de ses protagonistes et des téléspectateurs, il faut avouer que cela reste encore très orienté enfant et jeunes ados.

La série se revendique de l’influence bi-culturelle perçue en France des États-Unis d’une part et du Japon d’autre part. Et l’envie de comparer à une série comme Sailor Moon (l’une des franchises phare de la TOEI, également participante à ce projet) est incontournable.

Alors on se dit que Miraculous gagnerait à gagner en maturité, en poésie, en dramaturgie … L’humour et l’action ne sauraient faire passer Miraculous du statut de succès à celui d’oeuvre culte. Il en faudra sans doute davantage. Et de l’esprit américain ou japonais, c’est sans doute encore ce dernier dont il faut encore s’inspirer. Si l’animation s’en sort pas mal (même si on sent très fort les images de synthèse), la musique est à la ramasse face aux équivalents de l’archipel (bien que je ne sous-estime pas le succès que doit y avoir Miraculous, pour son petit côté frenchy très apprécié là-bas).