J’ai fait comme tout le monde, j’ai (finalement) testé le Burger King de Paris Saint Lazare.


Au début, bien que curieux, j’étais réticent à l’idée de faire comme ceux qui se rangent bien tranquillement dans une file d’attente pour manger un simple hamburger. Ce n’est pas Space Mountain !

Et puis finalement nous avons décidé avec Ange, qui a écrit quelques articles sur ce blog, de nous y donner rendez-vous afin de comprendre pourquoi ce succès ne semblait pas se démentir.

Il ne s’agit pas que du nombre de clients à s’adonner à ce nouveau rituel parisien, mais aussi du buzz suscité par la marque alors qu’elle n’a elle-même que très peu communiqué. Visiblement après 16 ans d’absence il y aurait une envie “Burger King”. Est-elle justifiée ?

Burger-King-Saint-Lazare-5055 Burger-King-Saint-Lazare-5057

Cette enseigne “Burger King”, ouverte le 16 décembre 2013 sous l’oeil attentif des médias, est placée de telle manière que les logos sont directement visible sur la façade d’un monument historique comme la Gare Saint Lazare. Assez moyen mais bien joué.

L’établissement se trouve au dernier étage, dans le hall juste derrière les quais “grandes lignes” (côté Rue d’Amsterdam). Il est idéalement situé pour que les voyageurs passent devant et voient les inconditionnels (ou les curieux) patienter. Les personnes rentrent par groupes, à 14 heures j’ai attendu une trentaine de minutes… La même au Mc Do ou au Quick et j’aurais explosé d’impatience. Ensuite il faut encore patienter devant les caisses.


On entend d’ailleurs toujours les mêmes commentaires un peu moqueurs dans cette zone de la gare, mais finalement je crois que beaucoup le feront… comme un passage obligé.

Burger-King-Saint-Lazare-5058 Burger-King-Saint-Lazare-5059 Burger-King-Saint-Lazare-5060

Je n’ai pas été particulièrement enthousiasmé par l’accueil et le service. Déjà il y a l’attente – dont on se demande si elle n’est pas organisée BK n’ayant aucun intérêt à la voir disparaître – mais aussi l’absence de bornes de commande qui fleurissent au sein de la concurrence. Le restaurant est neuf mais déjà dépassé.

De plus, pourquoi ne peut-on voir les menus qu’à l’intérieur ? N’y connaissant rien j’aurais apprécié voir des pancartes à l’extérieur, ou recevoir un flyer contenant toutes les informations nécessaires. Un employé aurait aussi pu passer prendre nos commandes par avance et nous remettre un numéro de passage. En plus je suis myope et les prix indiqués en petit… Voilà pourquoi il faut autant de temps pour faire son choix en caisse. Par contre “la livraison” est très rapide, le problème ne se situe donc pas là.

Déception ensuite de ne pas pouvoir s’asseoir en salle. Certes j’aurais pu déloger la personne qui monopolisait une place en attendant certainement quelqu’un… Mais ce n’est pas mon genre… À BK d’appliquer le bon sens dans ses murs. Il a donc fallu aller à l’extérieur en gardant les manteaux puisque nous sommes tout de même encore en hiver.

Burger-King-Saint-Lazare-5061 Burger-King-Saint-Lazare-5064

Résumons : il a fallu attendre, payer plus cher qu’un McDo ou un Quick, et s’installer dans le froid … Est-ce que le repas fut à la hauteur de nos espérances ? Après tout on a envie de le déguster ce menu Double Whooper !

Le coca n’est pas à volonté, dommage car les frites – bien que délicieuses par ailleurs – étaient trop salées.

Le burger était bon et bien garni. Le goût est différent d’un Big Mac ou d’un Giant, ce qui augure une alternance bienvenue. Je suppose que la cuisson “grillée à la flamme” y est pour quelque chose. On évite aussi le “trop plein de sauces”.

Je m’attendais à avoir encore faim en sortant ce qui ne fut pas le cas. Heureusement. Et aucune douleur d’estomac.

La bonne idée : envelopper une partie du Whooper afin que l’on puisse le saisir plus facilement et – en théorie – sans se salir. Par contre il semblait un peu en vrac, un peu loin des canons publicitaires.

Burger-King-Saint-Lazare-5065 Burger-King-Saint-Lazare-5066 Burger-King-Saint-Lazare-5068

Ce BK, comme ceux de l’aire d’autoroute à Reims et l’autre dans l’aéroport de Marseille Provence, est géré par Autogrill.


Vous aimez cet article ? Tenez-vous informé grâce à notre lettre d'information mensuelle

powered by TinyLetter

Mais l’artillerie lourde est pour bientôt via une joint-venture avec le groupe Olivier Bertrand “dans le but d’ouvrir entre 350 et 400 restaurants en France à moyen terme, afin de viser 20 % du marché du hamburger”. On verra alors si l’intérêt reste le même.

Côté réseaux sociaux c’est assez triste avec 3 pauvres tweets sur le compte @Burger_King_FR … Grosse déception. Je serais ravi de leur apporter mon expertise s’ils le souhaitaient. Il y a de quoi faire.

Pour conclure : je reviendrai sans aucun doute … un jour où il n’y aura pas de file d’attente. En attendant Quick et Mc Do iront très bien, quand ce ne sera pas un restaurant du type “Burger et Fils” que nous avions adoré.

Et vous qu’en pensez-vous ?


A propos de Pascal Kammerer – Freelance Journalist, Videographer and Connected project manager.

English : I created this blog in 2002, followed by the Le RevoRama channel, I am also a 38-year-old father. As a true journalist, and a self-taught videographer I strive to write moderated and sincere articles respecting both the topics and the readers. Founder of the Rêves Connectés limited liability company, I have 20 years’ experience as a Project and Web Project Manager / Community Manager. You can find more information through these links leading to my portfolio and my Curriculum Vitae. As a freelancer, I am available to work on your projects. I love to write and to share. I am passionate about new technologies, the “connected”/customer/user experience, web and mobile projects, community management, e-commerce, storytelling, medias, culture, family entertainment and theme parks, tourism and everyday life. Feel free to contact me, whether it’s about this blog or for any other professional project!

Do you like this blog? You too can experience your connected dreams. Check out our web and social media services for all audiences.Thank you. Pascal.

French : Créateur de ce blog en 2002 et de la chaîne Le RevoRama, je suis aussi un papa de 38 ans. Véritable journaliste et vidéaste autodidacte, j'ai à coeur d'écrire des articles mesurés et sincères, à la fois respectueux des sujets et des lecteurs. Fondateur de la SARL Rêves Connectés, j'ai 20 ans d'expériences comme Chef de Projets et Produits Web / Community Manager, vous trouverez plus d'informations sur ces lien avec mon portfolio et mon Curriculum VitaeFreelance, je suis disponible pour vos projets. J'aime écrire et partager. Je suis passionné par les nouvelles technologies, l'expérience "connectée" / client / utilisateur, les projets web et mobiles, le community management, le e-commerce, le storytelling, les médias, la culture, le divertissement familial et les parcs à thèmes, le tourisme ainsi que la vie citoyenne.

N'hésitez pas à me contacter que ce soit au sujet du blog ou tout autre projet professionnel !

Ce blog vous plaît ? Vous aussi vivez vos rêves connectés. Découvrez nos services web et médias sociaux, pour tous. Merci. Pascal.