Entrée en scène réussie pour Wonder Woman, maintenant disponible en DVD/BRD. Un espoir pour la Justice League et l’Univers Cinématographique DC ?


Malgré de nombreux essais, la Warner Bros n’a jamais réussi à jouer à armes égales contre les studios Marvel et ses Avengers, surtout depuis qu’ils ont été rachetés par Disney. Mis à part plusieurs “reboot” réussis de Batman (Tim Burton,  Christopher Nolan), d’autres plus contestables de Superman, et quelques films ici ou là, aucun univers cohérent n’a jamais émergé.

Imitant son concurrent, Warner a souhaité mettre en place un DC Extended Universe / Univers Cinématographique DC grâce à plusieurs films passés (Man of Steel, Batman vs Superman, Suicide Squad) et à venir. Malheureusement les réussites sont là aussi diverses et l’accueil critique comme public mitigé. De plus les séries télévisées, dont certaines sont intéressantes comme Gotham, en sont complètement déconnectées. De quoi en perdre son latin…

Mais il se trouve que Wonder Woman est plutôt une bonne surprise. Assez pour sauver la Justice League ? Pas sûr. Voici notre avis.

wonder-woman-dc-warner-2017

Écran titre Wonder Woman

wonder-woman-dc-warner-2017

Même en soirée la princesse Diana emmène son épée mythologique

wonder-woman-dc-warner-2017

Wonder Woman et son bouclier mythologique

Wonder Woman, une super-héroïne féministe ?

C’est l’idée qui a prévalu lors de la création du personnage en 1940 « Wonder Woman a été conçue par le docteur Marston dans le but de promouvoir au sein de la jeunesse un modèle de féminité forte, libre et courageuse, pour lutter contre l’idée que les femmes sont inférieures aux hommes et pour inspirer aux jeunes filles la confiance en elles et la réussite dans les sports, les activités et les métiers monopolisés par les hommes ».

Est-ce que le film a suivi le même chemin ? Diane est née de la main du dieu mythologique Zeus et a vécu protégée sur une île invisible et matriarcale : il n’y a aucun homme sur Themiscyra, ceux-ci étant accusés d’apporter la guerre (celle du dieu Arès). C’est en effet ce qui arrivera avec le débarquement surprise de Steve Trevor, soldat américain, poursuivi par l’armée allemande. La jeune et encore candide princesse Diana décide alors de l’accompagner …

Elle est belle (Gal Gadot est cependant loin de l’image véhiculée jadis par Lynda Carter), forte, courageuse et ne comprends pas la réaction des hommes politiques de cette époque. À bien des égards elle est l’égale d’un Captain America chez Marvel et cela fait vraiment du bien de voir une héroïne féminine après tant de testostérone … Au lieu de sur-exposer encore et encore Batman et Superman ils auraient peut-être même dû commencer par là ! (On verra ce que donnera Captain Marvel, autre tête d’affiche féminine, alors que nous n’avons jamais eu droit à un film sur Black Widow par exemple).

wonder-woman-dc-warner-2017

Wonder Woman

wonder-woman-dc-warner-2017

Wonder Woman

wonder-woman-dc-warner-2017

Wonder Woman sur le front de la seconde guerre mondiale

wonder-woman-dc-warner-2017

Wonder Woman sur le front de la seconde guerre mondiale

wonder-woman-dc-warner-2017

Wonder Woman sur le front de la seconde guerre mondiale

wonder-woman-dc-warner-2017

Wonder Woman sur le front de la seconde guerre mondiale

Wonder Woman, un film capable de relancer la Justice League et l’univers cinématographique DC ?

Après que Joss Whedon ait jeté l’éponge, c’est une réalisatrice Patty Jenkins qui a mené à bien ce projet. Le film est rythmé, jamais pénible comme Man of Steel, et les images plutôt agréables avec des points de vue intéressant pendant les scènes d’action.

Le casting est plutôt réussi lui-aussi, surtout du côté féminin avec Connie Nielsen et Robin Wright en Amazones. C’est dommage que Elena Anaya qui a  le rôle d’Isabel «Dr Poison» Maru, ne soit pas davantage mise en avant, contrairement à ses homologues masculins franchement inintéressants. Le problème c’est qu’on a déjà eu notre lot d’antagonistes nazis avec Captain America et qu’il aurait été intéressant de la faire démarrer dans une autre époque. Heureusement on reverra Wonder Woman dans Justice League et sans doute dans une suite.

Un petit mot sur la musique signée Rupert Gregson-Williams qui comporte quelques moments de bravoure intéressant comme “Wonder Woman’s Wrath”.

wonder-woman-dc-warner-2017

La lasso magique oblige à révéler la vérité

wonder-woman-dc-warner-2017

Steve Trevor sur l’île Themiscyra. Vous ne pensez pas au Capitaine Kirk de Star Trek vous ? 🙂

wonder-woman-dc-warner-2017

Chris Pine dans le rôle de Steve Trevor.

wonder-woman-dc-warner-2017

Elena Anaya dans le rôle d’Isabel «Dr Poison» Maru.

wonder-woman-dc-warner-2017

Isabel Maru surnommée « Dr Poison »

wonder-woman-dc-warner-2017

Gal Gadot dans le rôle de Wonder Woman/Diana Prince.

wonder-woman-dc-warner-2017

Diana et Steve Trevor

wonder-woman-dc-warner-2017

Diana et Steve Trevor

Wonder Woman est donc un film intéressant racontant la genèse de cette super-héroïne que l’on dit féministe. Je ne sais pas précisément répondre à cette question, mais cela fait du bien surtout que le film est sans doute le plus réussit côté DC depuis un moment, et que Marvel n’a jamais jusqu’ici pris “ce risque” (qui n’en est pas un). Non seulement les fans de super-héros peuvent “supporter” de voir des femmes fortes avec du caractère (qui n’est pas fan de Black Widow ?), mais en plus il y a autant de fans au féminin. Mes filles par exemple ont beaucoup apprécié voir Wonder Woman car, figurez-vous, non seulement elles aiment les films de ce genre, mais elles peuvent aussi s’identifier à autre chose que des princesses (que je ne dénigre pas par ailleurs, il faut de tout). Mais il faut d’urgence que les mentalités des producteurs évoluent. Donc allez le voir. Quant à Justice League pourquoi pas par curiosité, pour les prochains Aquaman, Shazam, Batman, Cyborg, Green Lantern, Flash, Batgirl … on verra.

wonder-woman-dc-warner-2017

Hippolyte, la mère de Diana

wonder-woman-dc-warner-2017

Connie Nielsen dans le rôle d’Hippolyte.

wonder-woman-dc-warner-2017

Le bouclier, l’épée, et le lasso magique de Wonder Woman

wonder-woman-dc-warner-2017

La tiare mythologique

Et vous que pensez-vous du film Wonder Woman et du nouvel univers cinématographique DC ?


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 + 19 =